Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 16:53
 
autoc-manif-dette.jpgDimanche 30 septembre,
manifestons massivement
contre le traité et l’austérité !
 
 
 
affiche-dette.png
 
 
 
 
 
 
 
 
Le traité européen (TSCG) que Hollande fait ratifier avec la droite impose une
interdiction absolue du déficit assortie de sanctions et de mécanismes de correction automatiques.
 
C’est un cran de plus à la camisole de l’austérité dans laquelle les
gouvernements européens, la BCE, le FMI veulent enfermer les peuples.
Ce traité est refusé massivement et même jusqu’au coeur de la majorité
gouvernementale.
 
Aujourd’hui contre le traité, demain contre le budget.
 
INTERVIEW  D'OLIVIER BESANCENOT SUR LCI 
 (27 SEPTEMBRE 2012)
 
 
La comédie peut durer le temps d’une campagne mais pas plus. Il s’agit maintenant de trouver 30 milliards d’euros au nom de la réduction du déficit public. Hollande l’a dit : « ce plan, je le fais par conviction ».
 
Quand au traité de l’austérité, le pacte budgétaire négocié par Sarkozy et Merkel, Hollande peut essayer de nous le repeindre en rose avec son « pacte de croissance », il va bel et bien institutionnaliser l’austérité et faire payer la crise aux travailleur-euse-s.
 
 
Prenons notre avenir en main
 

Dans la foulée de la ratification du traité, les parlementaires vont passer aux travaux pratique : le budget. Hollande l’a annoncé, il faut trouver 30 milliards pour réduire le déficit public à 3 % du PIB.
 
Et ce n’est qu’un début car l’objectif est de zéro déficit en 2017 ! Les 30 milliards se partagent en 20 milliards d’augmentation d’impôts et 10 milliards de baisse des dépenses.
 
Le gouvernement voudrait faire croire que les augmentations d’impôts sont synonymes de justice fiscale. Il n’en est rien. Ce n’est pas parce que les plus riches et les patrons crient le plus fort qu’ils sont les plus touchés. La fameuse taxe à 75 % sur les revenus supérieurs à 1 million ne prendra pas en compte les revenus du capital. Elle ne concernera que 2000 personnes et ne rapportera que 210 millions d’euros.
 
Beaucoup de bruit pour rien ! L’ISF revient à la hauteur qu’il avait avant que Sarkozy ne fasse cadeau de sa réduction aux grandes fortunes. Mais en contrepartie le bouclier fiscal est rétabli : personne ne paiera plus de 75 % de ses revenus.
 
En revanche le gel du barème de l’impôt sur le revenu, qui signifie que la base de calcul des impôts n’est plus revalorisée du montant de l’inflation, pénalise durement celles et ceux qui n’étaient jusqu’alors pas imposables, le deviennent et perdent en même temps toute une série d’avantages sociaux.
 
Du côté des 10 milliards d’euros de baisse des dépenses le gouvernement lui même explique que le gel des crédits des ministères maintient l’effort imposé par François Fillon.
 
A quoi sert d’avoir viré la droite si c’est pour continuer et aggraver la misère et les destructions d’emplois dans les services publics ?
 
Hollande prétend qu’il n’y a pas le choix, mais chaque année l’Etat verse 50 milliards aux banques et aux riches au titre des seuls intérêts de la dette publique et, selon la commission d’enquête sénatoriale sur l’évasion des capitaux, la fuite vers les paradis fiscaux prive le budget de 40 à 50 milliards.
 
La mobilisation commencée contre la ratification du traité doit se poursuivre et s’amplifier contre le budget d’austérité.
 
Au Portugal, le gouvernement voulait augmenter jusqu’à 7 % les cotisations sociales des salariéEs et réduire de 5,75 % celles des entreprises. Les manifestantEs par milliers ont obligé le gouvernement à remballer son plan.
 
 
Les raisons de combattre ce traité ne manquent pas.
 
Il y a déjà beaucoup de textes européens,
un de plus ne change rien. FAUX
 
Depuis le Traité de Maastricht en1992, en passant par le Pacte de stabilité et de croissance, puis le Traité de Lisbonne, le Pacte de réforme structurelle, puis de «l’euro plus» et encore de « stabilité et de croissance renforcé »… les textes ont imposé les critères de convergence (déficit inférieur à 3% du PIB, dette inférieure à 60% du PIB) avec des injonctions toujours plus sévères pour supprimer les « rigidités du marché du travail », stimuler la compétitivité, stimuler l’emploi, « rendre le travail plus attractif » et « réformer les retraites».
 
Mais avec la règle d’or, il s’agit d’une interdiction absolue du déficit quasi constitutionnelle assortie de sanctions et de mécanismes de correction
automatiques.
 
C’est vraiment un cran de plus à la camisole de l’austérité qu’il est impossible de laisser passer sans réagir.
 
C’est une diversion qui détourne de la lutte
contre la politique patronale. FAUX
 
C’est un seul et même combat qui doit se mener contre les licenciements, contre l’austérité et contre le traité.
 
L’austérité à perpétuité, les attaques frontales contre les salariéEs et l’ensemble des classes populaires sont les réponses des classes dominantes
européennes afin de conjurer leur crise en nous la faisons payer.
 
Le traité en est la mise en oeuvre par les institutions de l’Union européenne et les gouvernements qu’ils soient de droite ou de gauche.
 
Le traité a été renégocié et amélioré
par Hollande. FAUX
 
Il n’en est rien, le traité est exactement celui qui a été établi par Sarkozy et Merkel. Le Plan de relance européen que Hollande prétend avoir imposé, ne change rien sur le fond.
 
Les 120 milliards d’euros d’investissements annoncés consistent en réalité pour moitié en un « redéploiement » de fonds déjà programmés pour être dépensés d’ici 2014 et il n’y a aucune garantie bien au contraire que l’argent débloqué ne servent pas à grossir les profits à coup de grands projets inutiles.
 
Cela ne sert à rien. FAUX
 
Certes la ratification du Traité est plus que probable puisque Hollande refuse de la soumettre à un large débat public et s’apprête à obtenir une majorité avec l’UMP.
 
Mais la façon dont elle sera voté à l’Assemblée Nationale et au Sénat n’est pas indifférente. Plus nombreux et nombreuses seront les parlementaires du PS ou d’Europe Ecologie-Les Verts à voter contre avec ceux du Front de Gauche et moins ce vote sera légitime surtout si au même moment une
opposition massive de dizaines de milliers de manifestantEs se retrouvent dans la rue.
 
Manifester contre le traité,
c’est manifester contre l’Europe. FAUX
 
Nous manifestons contre le traité au nom d’une Europe solidaire, sociale et écologique.
 
Combattre la prise de pouvoir de la BCE et du FMI contre les peuples, c’est affirmer notre solidarité avec les manifestantEs en Grèce, en Espagne, au Portugal qui se dressent contre les plans qui leurs sont imposés par l’Europe des capitalistes aux service des capitalistes.
 
Le refus du TSCG ouvrirait sans aucun doute une crise politique en Europe.
Une telle crise est indispensable car il n’y aura pas de modification en douceur de l’orientation de la construction européenne sans la mobilisation conjointe des peuples.
 
SalariéEs, jeunes, retraitéEs, chômeurs et chômeuses, féministes, écologistes, altermondialistes, nous avons toutes et tous plus d’une bonne raison de refuser ce traité et d’exiger sa non ratification, d’engager la lutte contre l’austérité et ses conséquences.
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog du npa-63
  • : Campagne du NPA
  • Contact

Recherche