Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 12:20
" QUAND ON LUTTE, ON VIT MIEUX,  QUAND ON REVE, ON EST HUMAIN ET SANS POLITIQUE, ON MEURT"

C'est ce que dit Carmen Castillo lorsqu'elle s'interroge sur le sens de l'engagement, lors de son film " On est vivant" . Quelle belle formule pour tous les mécontents, et ils sont nombreux de la politique actuelle du gouvernement socialiste.

Les raisons du raz le bol sont nombreuses :

* le chômage, les salaires et par conséquence la baisse du pouvoir d'achat,

* l'augmentation des impôts, la destruction des services publics et des

     avantages sociaux, entre autres.


 

Hollande socialiste à son élection, maintenant social démocrate, avait dit avant son élection " mon ennemi , c'est la finance ". Le résultat est effarant, c'est tout le contraire, jamais les entreprises avec l'appui du Medef n'ont obtenues autant d'avantages fiscaux.


 

Son premier ministre Manuel Valls est pour sa part arrivée bon dernier à la primaire socialiste. Et le voila "bras droit" d'Hollande, cherchez l'erreur ? Hollande a menti pour se faire élire. Il ne faut jamais faire confiance sur les bonnes paroles où être sûr de celui qui les prononce.     

 

En Amérique, ce n'est pas parce que le président est noir que les problèmes des gens de couleur sont résolus, les derniers événements tendent à prouver le contraire.

 

Aujourd'hui les capitalistes, pour assouvir leurs profits ont fait de chacun de nous , des individualistes, tout est fait pour perpétrer et perdurer cela. On le voit sur les lieux de travail, tout est organisé pour éviter tout contact entre les travailleurs, de même les cadences de travail imposées, sont elles aussi facteur de l'individualisme.

 

La conséquence, c'est la disparition des acquis sociaux sur les droits au travail obtenus de haute lutte par le combat des travailleurs collectivement. Ça fait penser au détricotage d'un pull-over, quand on trouve la première maille, on n'a plus qu'à tirer. A ce rythme là, c'est désolant de voir la destruction de ce qui a été arraché aux capitalistes. La question que nous pouvons nous poser: qu'allons nous laisser à nos enfants pour le futur ?

 

Nous devons avoir un sursaut, ne pas subir, résister, aller de l'avant, accroître nos capacités d'organisation collective. Même si les perspectives de succès apparaissent incertaines, emparons nous de la formule de Carmen Castillo: « Quand on lutte,on vit mieux; quand on rêve, on est humain; et sans politique, on meurt. » 

 

 

JJM

Partager cet article
Repost0
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 18:39

Voici un hommage à notre camarade , Jacques Morand du comité NPA Riom Combrailles publié sur le site du NPA

 

Jacques 14.07.2015 lors d'un repas NPA dans la région de Riom

Photothéque NPA 63 : Jacques chez lui dans les environs de Riom

lors d'une réunion-repas NPA le 14 juillet 2014

 

à lire ICI

 

Notre camarade Jacques Morand (nom de plume de Jean-Claude Kerjouan, connu aussi sous le nom de Illy) est mort dimanche 10 mai des suites d’un cancer, à l’âge de 77 ans.

 

Encore lycéen en 1956, il avait rejoint Voix Ouvrière, le groupe dont est issu Lutte Ouvrière. Il a fait ensuite partie de la direction de VO, puis de celle de Lutte Ouvrière, dès la reconstitution de ce groupe après l’interdiction des organisations révolutionnaires qui a suivi Mai 68.

 

Aux côtés de camarades d’entreprise de différents secteurs (notamment de la SNECMA, ou du secteur cheminots), il a largement contribué à l’intervention des militants révolutionnaires dans les luttes ouvrières, et en particulier à l'émergence de comités de grève ou coordinations, organes démocratiques de direction de ces luttes.

 

Au début des années 1990, il a impulsé la constitution de la minorité de Lutte Ouvrière dont est issue la Fraction l’Étincelle – aujourd’hui partie intégrante du NPA – dont il était, jusqu’à aujourd’hui, un des principaux dirigeants.

 

Les militants de la génération de Jacques Morand sont de ceux qui ont fait sortir les organisations trotskystes de l’ombre dans laquelle elles étaient restées confinées pendant des décennies.

 

Tous ceux qui le côtoyaient connaissaient sa soif des bonnes choses de la vie, son humour parfois caustique, son attention aux problèmes rencontrés par les uns et les autres.

 

Plus que tout, il était préoccupé de saisir les opportunités du moment, sur le plan politique ou social, de n'en laisser échapper aucune, quitte à paraître vouloir forcer des situations. Jacques représentait beaucoup pour nous tous et son aide politique nous manquera.

 

Nous lui rendrons hommage lundi prochain 18 mai, à 13 h 30, au funérarium du Père Lachaise, salle de la Coupole.

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 16:05
 NON A LA REFORME DES COLLEGES, NON A LA DESTRUCTION DU SERVICE PUBLIC DE L'EDUCATION

En décembre, fraîchement nommée, Najat Vallaud-Belkacem annonçait la couleur : la refondation de l’éducation prioritaire, c’est arrêter de donner plus aux établissements des quartiers populaires.

En mai, elle remet le couvert mais cette fois-ci, c’est spécifiquement le collège qui est visé

 

Une attaque majeure contre le service public d’éducation

 

A droite comme à gauche, des parlementaires se sont insurgés contre la réforme. Mais leurs critiques portent sur quelques aspects (disparition du grec et du latin en tant que disciplines, des classes bilangues et européennes) qui masquent l’enjeu véritable de la réforme : l’autonomie et la mise en concurrence des établissements, le vol en éclats du cadre national des horaires, des programmes et des diplômes.

 

La ministre nous ment !

 

Najat Vallaud Belkacem a qualifié celles et ceux qui dénonçaient la réforme de «coalition des approximations, postures et conservatismes réunis ». Elle prétend que « L’accompagnement personnalisé et le travail en petits groupes seront renforcés ». Mais comment les 4000 postes promis à cet effet pourraient-ils y suffire alors qu’il y a plus de 7000 collèges en France ?

Même bluff sur la mise en place de la 2ème langue vivante en 5ème alors que les heures sont diminuées en 4è et 3è et que les classes bilangues ou européennes sont supprimées.

 

En réalité, le contenu de 20% des heures de cours sera défini au sein même des établissements. Ce temps auparavant dédié à l’enseignement des disciplines sera consacré à un « accompagnement personnalisé » (AP) ou aux « enseignements pratiques interdisciplinaires » (EPI). Ce sont donc près de 500 heures en moins sur l’ensemble de la scolarité d’un collégien.

 

À chaque collège son programme ?

 

En 6ème des enseignements scientifiques seront globalisés et les disciplines artistiques pourraient être enseignées sur un seul semestre.

De plus les horaires de cours de 5ème-4ème-3ème seront modulables localement sur le cycle, l’organisation des enseignements étant « fixée par le conseil d’administration » et remettant directement en cause la liberté pédagogique des enseignants

Autant de dispositifs qui permettront de supprimer des postes à droite et à gauche, de faire des économies budgétaires.

 

Stopper la politique du gouvernement, lui infliger une défaite !

 

On assiste donc à la mise en concurrence des établissements avec à la clef une explosion des inégalités entre les établissements et les élèves. Dans la continuité de la réforme des rythmes scolaires dans le premier degré et de la réforme Chatel dans les lycées..

 

Cette politique menace toute l’éducation nationale.

Il faut la stopper !

 

Cela commence par en finir avec le piège des « concertations » avec le gouvernement dans lequel sont englués les syndicats. Oui, les enseignants qui exigent le retrait de cette réforme ont raison.

 

La réussite de la grève intersyndicale du 19 mai est décisive. C’est seulement par leur propre mobilisation que les enseignants, mais aussi les parents d'élèves, pourront faire entendre leur voix, contre la propagande gouvernementale et les discours réactionnaires de l'UMP et du FN.

 

Non à la destruction du service public de l’Education !

Soutien à la grève du 19 mai.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 15:30
 POUR LA LIBERATION DE VENDIM, ERMAL ET SHEFGET

Vendim, Ermal et Shefget(albanais) ont été arrêtés mercredi 5 mai 2015 dans la rue Après 16h de garde à vue, ils ont été transférés au Centre de Rétention Administrative de Lyon en vue de leur expulsion. Ils sont menacés dans leur pays et ils attendent encore la réponse concernant leur demande d’asile en France. Ils sont ici avec leur famille (femme, enfants, certains en bas-âge, une grand-mère pour l’un...)

 

Le NPA vous invite à signez la pétition de RESF 63 ,de soutien à ces 3 demandeurs d’asile albanais de Clermont-Ferrand menacés d'expulsion

 

SIGNEZ ICI

 

Le NPA dénonce cette politique de chasse aux sans papiers

Le NPA exige la régularisation de tous les sans papiers

Le NPA revendique la liberté de circulation et d'installation

Partager cet article
Repost0
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 17:08
mobilisation michelin 12 février 2013 : crédit photo NPA 63
mobilisation michelin 12 février 2013 : crédit photo NPA 63

mobilisation michelin 12 février 2013 : crédit photo NPA 63

Hier, mardi 5 mai 2015, se tenait les obsèques de F.Michelin(patron de l'usine de pneumatique du même nom de 1959 à 2002), que du bon monde pour lui rendre un dernier hommage, pour représenter le gouvernement, c'est macron qui s'y est collé, lui qui fait tout ce qu'il a en son pouvoir pour mener une politique fidèle aux intérêts des patrons.

 

 

Depuis le décès de F.Michelin, toutes les personnalités politique(PS-UMP-UDI), culturelle, médias encense F.Michelin, qui pour eux , était un patron à l'écoute, un patron qui a permis à l'usine de rayonner à l'internationale.

 

Pour se faire une autre idée, plus proche de la réalité,

 

Voici d'autres points de vue : ICI

 

à lire ci-dessous, l'hommage de Jean-Pierre Serezat du 4 mai 2015 écrit à Lussat dans le 63 que nous remercions de nous avoir autorisé de publier cette lettre d'hommage.

 

 

Lussat (63), le Lundi 04 mai 2015

 

HOMMAGE

 

Pendant que d’autres vont vous rendre hommage, moi, Monsieur François MICHELIN, je vais le rendre à ceux qui vous ont permis d’exister.

 

Je rends hommage aux centaines de milliers de travailleurs anonymes qui ont fait votre fortune et celle de la Maison Michelin.

 

Je rends hommage aux militants de la C.G.T. et aux travailleurs du siècle dernier qui ont été licenciés, interdits de travail, voir déportés en 1939-1945, comme le communiste Robert MARCHADIER.

 

Je rends hommage aux dizaines de milliers de licenciés économiques abusifs.

 

Je rends hommage aux 2500 travailleurs reconnus en maladies professionnelles.

 

Je rends hommage aux 250 malades de l’amiante dont la plupart sont décédés.

 

Je rends hommage à tous ceux qui ont été empoisonnés par l’industrie du caoutchouc : benzène, toluène, hydrocarbure, amines aromatiques, radioactivité, fumées, vulcanisations, etc…

 

Je rends hommage à ceux qui ont combattu la " Cagoule " au sein de votre usine, pendant que certains de vos cadres montaient régulièrement à Paris pour organiser ce mouvement fasciste destiné à renverser la République.

 

Vous avez poursuivi une étroite relation avec la branche la plus conservatrice de l’Église, puisque nombre d'observateurs ont pu vous voir au monastère intégriste de Randol proche de Clermont-Ferrand.

 

Je rends hommage aux " pisses-vinaigres " que j'étais pour vous, vous ayant tenu tête.

 

Je rends hommage aux syndicalistes que vous avez haït et décrit comme " les verts dans le fruit ".

 

Je rends hommage aux 189 licenciés reconduit en taxi, dont certains se sont suicidés suite à ce scandale.

 

Je rends hommage aux travailleurs vietnamiens qui ont été assassinés dans vos plantations après avoir connus l'enfer de conditions de travail rappelant l'esclavage le plus ignoble.

 

Je rends hommage à ceux qui se sont suicidés, au travail ou à leur domicile, suite au harcèlement mis en place contre eux.

 

Je rends hommage à ceux qui, comme moi, ont eu leur carrière bloquée et ont été discriminés pour, je cite : " Ne respecte pas les valeurs de l’entreprise " .

 

Je rends hommage aux syndicalistes, anarchistes, communistes, chrétiens etc... qui ont été victimes de discriminations au travail permanentes.

 

Je rends hommage aux 7500 licenciés qui ont fait grimper la Bourse pour vos profits, et qui se résume à cette expression méprisante de « licenciements boursiers ».

 

Je rends hommage également à ceux qui, aujourd’hui, luttent dans vos usines de par le monde.

 

Pour conclure :

 

Vous venez de décéder à la maison de retraite « les Petites Soeurs des Pauvres » aux Carmes, comme apparemment un pauvre gueux. Jusqu’au bout, vous avez véhiculé votre image de l’homme humble. J’ose espérer que vous avez déclaré un mécénat pour dons aux oeuvres religieuses.

 

Mais, vous faites partie de la grande bourgeoisie industrielle et financière malgré vos airs de simplicité, cet habillage n’a trompé que ceux qui ne voulaient pas voir et ceux que cela arrangeait.

 

Oui, j’ai appris sous vos ordres que les lois de la République ne s'appliquent pas derrière les portes de vos usines et coffres. Ce qui s’applique, c’est le système Michelin dit de la Maison : " L’autorité ne se partage pas, elle s’incarne ".

 

Oui, Monsieur vous m’avez haït avec votre système Maison, parce que je partageais les idées de la C.G.T. et du parti communiste. Vous me considériez comme un ennemi de l’intérieur, un terroriste.

 

Effectivement, j’en étais un, qui combattait la terreur que vous faisiez subir aux salariés qui ne se conformaient pas dans le moule de la Maison. Aujourd’hui, je vous rends la monnaie de la pièce comme pendant les grandes grèves contre l’augmentation de notre prix horaire " 20 centimes de francs ".

 

Oui, Monsieur nous ne sommes pas de la même classe sociale, je fais partie des gueux et je reste debout avec ma classe, celle des travailleurs.

 

Oui, Monsieur combien de fois ais-je entendu cette phrase venant d'un tel qui était brimé, de mauvaises conditions de travail, ou après une injustice de la hiérarchie. : " Ah ! Si François savait tout cela, ça changerait ". Votre paternalisme fonctionnait bien.

 

Mais, Monsieur, vous saviez tout cela, car vous étiez le Patron, c’est vous qui dirigiez le navire et donc toute la philosophie Maison. Comme le dit Yvan LEVAÏ dans le film " Paroles de Bibs " : " bien sur qu’ils en ont fracassé du monde dans l’usine, mais la morale est sauve, le Patron est là et il va à la messe le dimanche ".

 

Oui, Monsieur, le jour de votre enterrement, je ferais la fête avec mes amis, comme les mineurs Gallois pour le décès de la mère TATCHER .

 

Je vous dois bien cela pour tout le mépris que vous avez montré à mon égard.

Je ne regrette rien, si cela était à refaire, je le referais.

 

Un gueux, ouvrier et syndicaliste Michelin,

 

Jean-Pierre SEREZAT

 

 MICHELIN : LA PAROLE DONNEE AUX BIBS AFIN DE RENDRE HOMMAGE AUX SALARIES ET NON A LEUR ANCIEN PATRON F.MICHELIN

Voici aussi quelques dates historiques pour Michelin

 

MAI 1920 :

 

1er grève chez Michelin(3 morts parmi les grévistes)

7 hommes et une femme (salarié(e)s de michelin) sont condamnés à des peines de prisons

 

FEVRIER-MARS 1936 :

 

Les syndicalistes qui avait appelé à la grève sont « mis à la porte »

 

1950 :

 

9 semaines de grève, Michelin refuse de négocier avec les syndicats

 

1958 :

 

Michelin supprime le poste d'un travail d'un syndicaliste qui s'était clandestinement introduit en Espagne

 

1968 :

 

Michelin démissionne du CNPF qui avait osé négocier avec les syndicats.

 

* le 13 mai, la CFDT, FO et la CGT appellent à une grève de 24 heures.

* le 20 mai, les usines sont fermées et les portes gardées par des piquets de grèves. Michelin, ne veut pas discuter

* le 27 mai, Michelin déclare « Nous sommes peu nombreux cette année, ceux qui ont pu venir l'ont fait au prix de réelles difficultés….. L'interventionnisme désincarné, irresponsable et envahissant à provoquer à tous les niveaux de la vie sociale et économique un affaiblissement du sens de la responsabilité… Là ou la responsabilité est diluée, là où règnent le désordre et le compromis,entravent au progrès… L'autorité ne se partage pas, elle s'incarne »

* le 6 juin : les usines sont de nouveaux occupées

* le 7 juin : elles ouvrent de nouveau pour éviter l'affrontement avec les forces de l'ordre.

 

1957-1968 :

11 ans, c'est la durée du procès contre le Comité d'Etablissement pour obtenir la gestion des activités sociales

 

1972 :

 

Les organisations syndicales intentent un procès à Michelin pour la désignation des délégués syndicaux. Après de longues discussions, chaque organisation syndicale s'est vu attribuer 8 délégués, plus 1 pour Ladoux, reconnu établissement distinct

 

1975-1980 :

 

Trois procès pour la reconnaissance des CHS

 

1976 :

 

Grève des professionnels sur la reconnaissance de la classification et de la formation professionnelle continue.

Cette grève par arrêt de travail court, dure 3 semaines environ. Un protocole d'accord est signé

 

1977 :

 

Michelin, veut faire tourner ses usines du dimanche 22 heures au samedi 21 heures.

 

* le 18 décembre , les ateliers de fabrication débrayent et bloquent les usines

* le 21 décembre, la direction fait affiché qu'elle accorde 30 samedi chômé et 6 RH, mais maintien le système semi-continu

* le 23 décembre, l'inspection du travail décide d'organiser une réunion tripartite de conciliation. Michelin refuse de s'y rendre

* le 26 décembre , une grève de solidarité de tout le département du Puy de Dôme s'organise. 10 000 personnes manifestent.

* le 27 décembre, une délégation syndicale se rend au Ministère du travail

* le 30 décembre , reprise du travailleurs

* jusqu'au 18 février 1978, des actions se succèdent, avec des appels à ne pas venir travailler les samedis programmés.

 

La direction retire son projet, mais sera prêt à le remettre en œuvre dés que l'occasion se représentera.

 

1983 à 1990 :

Procès pour la reconnaissance du comité de groupe

 

1988 :

 

* le 13 avril , la direction annonce une augmentation générale des salaires de 20 centimes de l'heure pour les agents et dans le même temps, prévoit d'investir 2 milliards en Espagne

* le 18 avril, un conflit éclate qui durera

* jusqu'au 5 mai avec arrêts de travail tous les jours

* jusqu'au 22 juillet avec un arrêt de travail par semaines

* le 22 avril, la direction annonce qu'elle ne négocieras pas, qu'une commission régionale de conciliation se tiendras à la préfecture le 27 avril. Michelin annonce un résultat positif pour la manufacture de 127 millions de francs

* le 27 avril, échec de cette réunion

 

Le conflit s'étend aux autres unités de production

 

* 26 avril, fermeture de la porte des carmes de 7 heures à 8 heures pour expliquer le mouvement aux personnels mensuels

* le 28 avril, les 4 usines sont fermées par les grévistes. La direction envoie ses cadres qui n'hésitent pas à faire le coup de poing ; L'après-midi , la direction diffuse un communiqué pour dénoncer les atteintes à la liberté du travail et prépare une contre manifestation des cadres

* le 5 mai, plus de 12 000 manifestants

* le 24 juin, manifestation à l'aéroport d'Aulnat lors de l'AG des actionnaires.

Michelin profite de cette assemblée pour régler ses comptes avec les syndicalistes

* le 22 juillet, dernier jour de grève concernant les salaires

 

Pendant toute cette période, Michelin a refusé de dialoguer avec les organisations syndicales pour revoir l'accord des classifications(qui était aussi l'une des revendications)

 

1989 :

 

4 cadres de Michelin intentent un procès aux organisations syndicales CGT, CFDT

 

1992-1994

 

Procès contre une affiche et un « pin's » représentant Michelin en homme de Cromagnon

 

AVRIL 1995 :

 

Grève de 2 jours pour des augmentations de salaires après les bon résultats de la manufacture

 

29 janvier 1998,

 

Michelin dénonce les accords qui régissent le fonctionnement du comité d'entreprise ainsi que tous les usages qui y sont liés ; Fonctionnement mis en place depuis presque 30 ans. La CGT et la CFDT intentent un procès….

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 15:39
 CHOMAGE, AUSTERITE, GUERRES : HOLLANDE, 3 ANS AU SERVICE DU PATRONAT

Pour souffler les bougies de ses trois ans à l'Elysée, Hollande est invité par ses amis de la monarchie saoudienne adeptes des châtiments corporels, ennemis des femmes et des travailleurs. Mais avant, il est passé récupérer son cadeau au Qatar tout autant réactionnaire: 6 milliards d’euros pour la vente de 24 avions Rafale !

Des guerres contre les peuples

Pour justifier les interventions militaires française, Hollande invoque la lutte contre le terrorisme mais, dans le même temps, il affiche son amitié et vend des armes à des monarchies qui ne cachent pas leurs sympathies pour les djihadistes et les ont indirectement financés.

En réalité, l'armée française récemment accusée de viols sur enfants en Centrafrique, n’intervient nullement pour protéger les populations mais bien pour servir les multinationales en réaffirmant la domination de la France sur des régions d'Afrique qu'elle a largement contribué à mettre à sac. Ces interventions sont l’occasion de  trouver de nouvelles parts de marché et de protéger des intérêts économiques : l’uranium du Niger ou bien les réserves de pétrole et de diamants encore non exploitées en Afrique Centrale.

Et c'est bien pour défendre les intérêts des capitalistes et des marchands d'armes que le gouvernement a décidé d'augmenter de 4 milliards le budget des armées.

Le gouvernement = le Medef

Le président du Medef n’aura même pas eu besoin de le demander, pour qu’Hollande distribue des milliards d’euros au patronat sans aucune contrepartie, banalise le travail le dimanche, mesure-phare de la loi Macron, use de la répression syndicale et sociale en guise de dialogue social. Enfin, entre la possibilité pour les enseignants de signaler des élèves jugés déviants directement au procureur de la république et la loi sur le renseignement votée mardi, il s’agit en fait, dans les deux cas, sous couvert de lutter contre le « terrorisme », de rendre chaque individu suspect potentiel donc bon client pour la mise sur écoute sans autre forme de procès que l’accord du premier ministre.

Le bilan est lourd : en 2015, plus de 8 millions de personnes vivent avec 964 euros par mois, un enfant sur 5 est pauvre, 3,6 millions de personnes sont mal-logées ou sans-abri, une personne sur cinq renonce aux soins de santé, entre 5 et 6 millions de personnes sont en exclusion bancaire et 765 000 ménages sont surendettés.

En finir avec l'austérité et le chômage !

Sourd et aveugle face au mécontentement populaire, le gouvernement prépare de nouvelles attaques. La seule chose qui pourra le faire reculer, c'est nos mobilisations et nos luttes pour la défense de nos droits sociaux et démocratiques et en finir avec une politique au service du patronat et des riches contre les travailleurs et les peuples.

La journée de grève du 9 avril a été l'occasion pour exprimer un ras-le-bol global, un début pour rassembler nos forces. N’en restons pas là, ne laissons pas le terrain à Sarkozy et Le Pen, la seule manière d’en finir avec Hollande, sa clique et le système qu’ils défendent, c’est un nouveau mai 68 qui aille jusqu’au bout !


 


 


 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 21:19
MICHELIN : LA PAROLE AUX BIBS

François Michelin (ancien patron de l'usine du même nom) , mort le 29 avril 2015, a une histoire. Pour en rappeler quelques éléments et donner la parole à celles et ceux qui ont lutté contre le tout pouvoir patronal, des documents à lire ou à voir :

 

LE FILM "PAROLE DE BIBS"

Parole de Bibs est une parole ouvrière (les cadres et la direction ont d’ailleurs refusé tout entretien) : une parole lucide trop souvent oblitérée à l’écran.

Le film est bouclé au moment où l’entreprise annonce un plan de licenciement de 22 500 personnes.

Un léger détour est même effectué pour rappeler le rôle de Michelin lors de La Cagoule dans les années 30. 

Mais la parole du film reste sans doute ce constat simple, et pourtant primordial, d’une ouvrière : "tout ce qu’on a obtenu chez Michelin, ça a toujours été grâce aux luttes qu’on a menées".

 

LE LIVRE : LES PLANTATIONS 

MICHELIN AU VIET-NAM

MICHELIN : LA PAROLE AUX BIBS

"Une histoire sociale : 1925-1940" d'Eric Panthou 

"Phu-Riêng : le récit d'une révolte" de   Trần Tử Bình


 

Cet ouvrage sur la présence de l’entreprise française Michelin au Việt Nam à la fin des années 1920 et dans les années 1930 se présente en deux parties : 

*le témoignage militant de Trần T Bình

* une étude d’histoire sociale des plantations indochinoises menée par Eric Panthou.

L’étude d’Éric Panthou permet donc de montrer à quel point l’adaptation des pratiques métropolitaines de Michelin en Indochine a conduit à un système particulier, marqué par la violence, jusqu’à s’opposer à « l’esprit Michelin » de Clermont-Ferrand. 

Sans doute des comparaisons avec d’autres plantations, en Indochine d’abord, enrichiraient l’analyse du particularisme de Michelin. D’un point de vue purement formel, on peut regretter l’absence des accents diacritiques, ce qui ne laisse pas d’étonner dans un ouvrage sur le Việt Nam, qui cherche à redonner aux populations locales toute leur place, et d’ailleurs y parvient.

Plus d'informations sur cet ouvrage

Sur la revue :  le mouvement social

sur le site de l'UPC 63


 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 11:49
PREMIER INTERNATIONALISTE ET ANTICAPITALISTE : TOUTES ET TOUS DANS LA RUE !

Cette année, la journée internationale de luttes des travailleurs et des travailleuses du 1er mai se déroulera dans un contexte particulier. Celui des politiques d’austérité, répressives, sécuritaires et racistes qui profitent au patronat et à l’extrême droite.

 

Quelques jours à peine après le naufrage dramatique d'un bateau en Méditerranée où 800 migrantEs ont « disparus » et au moment où, au Népal, la misère transforme un puissant séisme en catastrophe humaine.

 

L'internationalisme, c'est la fin des frontières

 

Les migrantEs ne recourraient pas aux services des passeurs au péril de leur vie s’ils pouvaient circuler librement....Cela suppose d'en finir avec la fermeture des frontières de l’Union Européenne et d'assurer le droit d’asile à celles et ceux qui fuient les guerres, la misère, la répression, les catastrophes climatiques...

 

La fin de la criminalisation de l'immigration, la liberté de circulation et d’installation, l'égalité des droits dans l’Union européenne, sont les combats que doivent mener ensemble celles et ceux qu’indignent les drames quotidiens d'une mer Méditerranée devenue un véritable cimetière.

 

Et cela, en rupture avec la logique capitaliste qui met les peuples et les travailleurEs en concurrence. Cela passe par la régularisation de tous les sans-papierEs et l'octroi de tous les droits de résidence et de citoyenneté, dont le vote.

 

Non à l’Etat de non- droit et répressif

 

La loi sur le renseignement, censée lutter contre le terrorisme, autorisera une surveillance de nos données téléphoniques et informatiques et étend le champ des activités de renseignement afin de « prévenir des violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique ». Elle vise l’ensemble de nos mobilisations.

Partager cet article
Repost0
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 09:17
LA FERMETURE DES FRONTIERES TUE !

 

 

Ce dimanche 19 avril, 700 personnes ont péri en essayant de traverser la Méditerranée. La semaine précédente, le 12 avril, ils étaient 400. Depuis des centaines d'autres sont en danger.

 

Selon un rapport du Haut Comité des Réfugiés (HCR) plus de 207 000 migrants, dont une part importante de mineurs seuls, ont tenté la traversée de la Méditerranée en 2014. 3419 d'entre eux y ont perdu la vie soit 5 fois plus qu'en 2013..

 

Cette hécatombe n’est en rien une fatalité.

 

LA POLITIQUE CRIMINELLE DE L'UNION EUROPEENNE

 

L'explosion du nombre de candidats à la traversée résulte de la misère et de la guerre dans les régions de départ, au Moyen-Orient en Afrique sub-saharienne de l'Est ou en Afghanistan.

 

Elle s'explique aussi par l'infamie de la politique européenne. Les États européens prétendent agir pour réduire les naufrages et sauver des vies,mais ne font que verrouiller, avec la politique des visas, l’aide de l’agence Frontex ou du système de surveillance Eurosur, l’accès à leur territoire.

 

La fin de l’opération « Mare Nostrum », programme de sauvetage italien depuis le naufrage de Lampedusa, et son remplacement par une patrouille européenne qui n’a pas pour mission première de sauver mais de surveiller (l'opération « Triton » placée sous l'égide de l'agence européenne FRONTEX), réduit encore un peu plus la politique européenne à une simple surveillance passive, donc complice.

 

Un laisser-faire criminel. Rien ne pourra empêcher des dizaines de milliers d’êtres humains de fuir les souffrances de la misère et de la guerre dont les grandes puissances portent une lourde responsabilité. Face au désespoir, rien n'est dissuasif.

 

LIBERTE DE CIRCULATION POUR TOUTES ET TOUS

 

LA FERMETURE DES FRONTIERES TUE !

Les gouvernants européens, Hollande en tête, dénoncent les passeurs qualifiés de "terroristes". Mais les migrantEs ne recourraient pas aux services des passeurs au péril de leur vie s’ils pouvaient voyager de façon régulière si les visas ne leur étaient pas refusés, s'ils pouvaient circuler librement.


 

C'est toute la politique de non-asile qui doit changer radicalement en donnant l'absolue priorité à la protection, à la sécurité, à la santé des migrantEs. Ce qui suppose d'en finir avec Frontex et d'assurer le droit d’asile à celles et ceux qui fuient les guerres, la misère, la répression, les catastrophes climatiques...


 

Pour le directeur de Frontex "Il faut envoyer un signal à ceux qui ne sont pas des demandeurs d’asile et qui sont des migrants en situation irrégulière". C'est donc bien avec cette politique qu'il faut en finir. Ils l'appellent immigration « choisie », elle est choisie en fonction des intérêts du patronat pour lui fournir un prolétariat au rabais. Le racisme ne servant qu'à légitimer la surexploitation et les discriminations.


 

La liberté de circulation et d’installation, l'égalité des droits pour toutes et tous dans les différents pays de l’UE c'est le combat que doivent mener ensemble celles et ceux qui sont indignéEs par les drames de la Méditerranée, en rupture avec la logique  capitaliste qui met les peuples et les travailleurs en concurrence les uns et les autres pour accroître les profits.

 

LA FERMETURE DES FRONTIERES TUE !
Partager cet article
Repost0
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 15:44

COMMUNIQUE DU NPA DU 20 AVRIL 2015

MIGRANT(E)S ASSASSINE(E)S EN MEDITERRANEE, CE N'EST PAS UNE FATALITE

700 migrants auraient péri dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 avril dans le naufrage d'un cargo. Alors que 400 morts avaient déjà étaient décomptés la semaine dernière. Et chaque jour, ce sont entre 500 et 1000 femmes, hommes et enfants qui sont récupérés par les garde-côtes italiens rescapés d’une traversée aux risques mortels. Des chiffres en augmentation constante. D’après le HCR, ce sont 3419 migrants qui ont perdu la vie en Méditerranée durant l'année 2014, prêt de 2000 ces premiers mois de 2015.

 

Ces migrant(e)s prêt(e)s à remettre leur vie à des passeurs mafieux, de plus en plus violents et barbares qui les volent et les assassinent, fuient les pays dévastés par les guerres. Mais du Nigéria, à l’Erythrée, de la Syrie au Yémen les dictatures, les bandes armées qui s’affrontent sont le produit du chaos produit par les politiques impérialistes des USA et de l’Union Européenne à commencer par le chaos libyen, pays d’où partent les bateaux de la mort depuis que Khadafi et sa dictature ne sont plus là pour transformer le sud de la Libye en immense camp de rétention contre financement de l’UE.

 

L'explosion du nombre de morts s'explique logiquement par l'explosion du nombre de candidats mais c’est aussi la responsabilité directe de l’UE. La fin de l’opération « Mare Nostrum », et son remplacement par l'opération « Triton », placée sous l'égide de l'agence FRONTEX, réduit encore un peu plus celle-ci à une simple surveillance passive, donc complice des mafieux.

 

Alors ce sont bien des larmes de crocodiles que versent Matteo Renzi ou François Hollande qui réclament une intervention de l’UE face à l’ampleur du drame. Il y aurait une solution très simple pour éviter ces assassinats  inacceptables : supprimer Frontex, appliquer le droit d’asile à celles et ceux qui fuient les guerres et leur garantir la liberté de circulation et d’installation dans les différents pays de l’UE.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du npa-63
  • : Campagne du NPA
  • Contact

Recherche