Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 15:21
NEUVIEME EDITION DU FESTIVAL DU FILM ENGAGE

9ème édition à ST GENES CHAMPANELLE

les 24-25-26 AVRIL 2015

Maison des associations

 

Voir l'intégrale du programme ci-dessous ou  ICI

NEUVIEME EDITION DU FESTIVAL DU FILM ENGAGE
NEUVIEME EDITION DU FESTIVAL DU FILM ENGAGE

Un programme de films documentaires alléchant confectionné pour vous,

des débats avec les associations et les  réalisateurs!

 

Parmi les 19 films de la sélection , en ouverture vendredi soir

 

“RETOUR EN TERRE MAPUCHE” ,

 

la lutte des communautés MAPUCHE contre l’accaparement des terres par les grands groupes multinationaux;

 

samedi matin  un documentaire sur Thomas SANKARA et la Françafrique (en présence de l’association SURVIE);

 

 

samedi après midi “LES MESSAGERS” un magnifique documentaire primé dans plusieurs festivals apportant le témoignage de migrants dans l’enclave de Mellila et

 

en soirée un film en exclusivité pour le Festival  traitant de la dérive des médias “CAS D’ECOLE “en présence du réalisateur Gilles BALBASTRE;

 

Dimanche le film “ THE LAB” sur l’industrie d’armement israélien et ses dérives, en présence d’une activiste-photographe travaillant en Palestine et originaire d’Auvergne ,Anne PAQ...

NEUVIEME EDITION DU FESTIVAL DU FILM ENGAGE

et plein d’autres films tout aussi intéressants autour des thèmes de la pêche en eau profonde, des mouvements populaires et insurrectionnels en Espagne, de la lutte des femmes, des mutations urbaines à Marseille, ou encore d’alternatives citoyennes, économiques et sociétales .

 

Infos pratiques: l’entrée des séances est à prix libre; un service de restauration - buvette est prévu sur place

 

Covoiturage spécial Festival : http://www.leblogdecovoiturageauvergne.net/agenda/festival-du-film-engage.html et http://www.partonsensemble.fr/1BBxh/

 

Pour tout autre infos le site du Festival : http://www.festival-du-film-engage.fr/ et le Facebook: https://www.facebook.com/FestivalduFilmEngage63?fref=ts

 

Partager cet article
Repost0
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 21:57

COMMUNIQUE DU NPA DU 14 AVRIL 2015

NON A L'ETAT DE NON-DROIT

Présentée hier à l’Assemblée Nationale par Manuel Valls, La loi sur le renseignement, censée lutter contre le terrorisme, supprime une bonne partie de nos droits.

 

Elle autorisera une surveillance de masse de toutes nos données téléphoniques et informatiques et légalisera les pratiques les plus discutables des différentes agences de renseignement (capture d’image, écoutes…).

 

Cette loi étend le champ des activités de renseignement afin de « prévenir des violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique ». Elle vise nos mobilisations dans les rues, les ZAD ou les banlieues...

 

C'est désormais Valls qui aura le contrôle du processus d'approbation des demandes de renseignement faites par les agences sans aucun recours possible pour les victimes, ni aucun contre-pouvoir.

 

La « commission nationale de contrôle des techniques de renseignement » est censée assurer un vernis démocratique aux décisions ministérielles, mais en fait elle ne pourra que donner un avis consultatif !

 

Adoptée en procédure d'urgence sans débat, ni public ni parlementaire, cette loi concentre des pouvoirs exorbitants sur l'exécutif.

 

Nous ne nous laisserons pas dépouiller de nos droits, nous ne laisserons pas criminaliser celles et ceux qui résistent. Avec des syndicats, les associations de défense des droits, et toutes celles et ceux qui le voudront, le NPA continuera à tout faire pour que cette loi liberticide ne soit pas adoptée, et si elle l'est, à se battre pour son abrogation.

 

 

Partager cet article
Repost0
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 09:06

COMMUNIQUE DU NPA DU 10 AVRIL 2015

RELAXE D'ALAIN POJOLAT : LA SOLIDARITE AVEC LE PEUPLE PALESTINIEN N'EST PAS UN CRIME !

Alors que le parquet avait fait appel de la décision de relaxe du tribunal de Paris, Alain Pojolat est relaxé. C’est une excellente nouvelle, pour toutes celles et tous ceux qui se sont mobilisés ces derniers mois contre la criminalisation du mouvement de solidarité avec le peuple Palestinien par le gouvernement Hollande-Valls.

Plusieurs manifestations en solidarité avec les Palestiniens de la bande de Gaza qui subissaient l’agression féroce de l’armée israélienne, ont été interdites en juillet et août dernier. Ces interdictions étaient scandaleuses.

 

Le gouvernement, parce qu’il soutient la politique du gouvernement israélien, a tenté de discréditer le mouvement de solidarité avec les Palestiniens, en s’appuyant sur les provocations de l’extrême droite sionistes.

 

Il a tenté de réprimer la solidarité qui s’est exprimée très massivement cet été avec Gaza en interdisant les manifestations. Il a enfin poursuivit devant les tribunaux Alain Pojolat parce qu’il avait déposé au nom du collectif unitaire les demandes d’autorisation à manifester.

 

Toutes ces tentatives ont échouées. Malgré les interdictions, malgré la police, c’est par milliers que les manifestants sont venus dénoncer dans la rue l’agression israélienne. C’est par milliers que la pétition regroupant entre autres une large palette de personnalités du monde associatif, syndical, artistique et politique, a été signée, dénonçant l’inculpation d’Alain Pojolat.

 

La solidarité doit continuer car ce sont l'ensemble des poursuites​ contre celles et ceux qui ont participé aux manifestations de cet été, ou qui s’investissent dans la campagne de boycott d’Israël, qui doivent être abandonnées et pour cela il faut que la circulaire Alliot-Marie qui criminalise le boycott soit abrogée.

 

Malgré cette bonne nouvelle nous n’oublions pas que ce gouvernement accentue la répression contre toutes celles et ceux qui s'opposent à sa politique antisociale.

Comme c'est le cas pour Gaëtan militant du NPA à Toulouse qui vient d’être condamné à 2 mois de prison ferme pour avoir manifesté contre le barrage de Sivens ou encore Yann Le Merrer, postier, qui vient d’être révoqué pour fait de grève.

 

La solidarité avec le peuple Palestinien, la lutte contre les grands projets inutiles et les grèves pour la défense du service public ne sont pas un crime mais un droit !

Partager cet article
Repost0
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 20:34
GREVE ET MANIFESTATION DU 9 AVRIL 2015 ENGAGER LA BATAILLE CONTRE LE GOUVERNEMENT ET LE PATRONAT

Malgré la claque qu’il a reçue aux élections départementales, le gouvernement a annoncé la poursuite de sa politique au profit du patronat, et dont le FN récolte les fruits. Après la loi Macron qui généralise le travail du dimanche et casse le Code du travail, il planche désormais sur la remise en cause du contrat de travail.


 

« Libérer l’emploi »

 

C’est toujours au nom de l’emploi que la bourgeoisie cherche à faire passer les pires mesures. Le Medef propose donc d’introduire dans le contrat de travail une liste de « motifs incontestables de rupture », comme l’évolution du marché ou la baisse du chiffre d’affaires, que l’employeur pourrait invoquer pour justifier le licenciement. Le salarié n’aurait donc pas la possibilité d’aller aux prud’hommes pour le contester.

 

Hollande veut remettre en cause le CDI en développant le « contrat de chantier ». Ce rêve du patronat, existant dans le bâtiment, permet de mettre fin au contrat de travail automatiquement à la fin d’un chantier ou d’une mission. Il voudrait l’étendre à l’informatique, aux services aux entreprises, au numérique…

Le gouvernement nous sert toujours le même mensonge : pour avoir moins de chômage, il faudrait développer les licenciements… Pourtant avec plus de 5 millions de chômeurs, il serait plus que temps de prendre la seule mesure efficace : le partage du travail, la réduction du temps de travail sans perte de salaire et avec les embauches correspondantes.


 

Le changement de cap, à nous de l'imposer !


 

Depuis 3 ans, le gouvernement donne des gages au patronat et détricote nos droits sociaux. Si ce gouvernement et sa politique ne sont pas mis en échec par notre résistance, le pire est à craindre.


 

Heureusement, des résistances existent : depuis quatre semaines, les salariés de Sanofi près d'Elbeuf (76) sont en grève pour des augmentations de salaires et l'embauche des précaires… alors que le nouveau patron a obtenu 4 millions d’euros en cadeau de bienvenue !

Les personnels de Radio France sont en grève depuis trois semaines contre un plan de liquidation du service public qui combine 300 suppressions d’emplois, externalisations et augmentation des plages de publicité.


 

PSA Sevelnord, hospitaliers, enseignant-e-s du 93, salarié-e-s de Carrefour Market… la colère des salarié-e-s s’exprime, dispersée mais bien présente, dans des centaines d’entreprises, du privé comme du public, avec des revendications souvent similaires pour l’emploi et l’augmentation des salaires, contre l’augmentation des cadences de travail… alors que des bénéfices records sont annoncés dans les grands groupes.


 

Pour gagner il faudra plus qu'une journée de grève


 

Les patrons et le gouvernement rechignent à lâcher quelques miettes dans la crainte de donner des idées aux autres salariés. Les grèves sont donc pour l’instant souvent locales et extrêmement dures : deux mois et demi de grève ont été nécessaires pour les secrétaires de l'Université Paris 8 pour gagner 70 euros d'augmentation !


 

Mais la grève, avec ce qu’elle marque de détermination et de force collective face au patron, est l’arme la plus efficace pour celles et ceux qui n’ont que leur force de travail pour vivre.


 

C’est pourquoi, la réussite de la grève du 9 avril doit servir de point d’appui pour un mouvement large d’affrontement, une grève prolongée, reconductible, contre le gouvernement et le Medef.


 

Partager cet article
Repost0
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 08:09

COMMUNIQUE DU NPA DU 3 AVRIL 2015

SOLIDAIRES DES SALARIEES DE RADIO FRANCE , DEFENSEURS DU SERVICE PUBLIC

Mathieu Gallet, PdG de Radio France, chargé par le gouvernement de dégraisser l’entreprise, reste droit dans ses bottes, sûr du soutien du CSA, qui l’a désigné à l’unanimité. Il se présente comme une victime, persécutée par le Canard Enchainé qui a révélé le prix exorbitant des rénovations de ses bureaux à l’INA tout comme à la Maison de la radio et ses appels répétés à des cabinets d’experts.

 

Droit dans ses bottes aussi dans ses refus successifs de rencontrer les salariéEs en grève depuis 16 jours pour s’opposer à un plan de restructuration qui vise à démanteler ce service public.

 

50 millions d’économies sont préconisés, opportunément conforté par un rapport de la Cour des comptes. Une saignée qui se traduirait par la suppression de centaines de postes, d’un orchestre, l’appauvrissement éditorial des radios locales… le tout accompagné de d’externalisation, de précarisation, de privatisation dans tous les services et activités.

 

Droit dans ses bottes en mentant chaque jour sur le nombre de grévistes, le coût de la grève, les prétendues divisions entre salariéEs. La direction a franchi un pas supplémentaire en interdisant une représentation publique préparée depuis des mois avec des amateurs qui devait se tenir samedi soir. Le prétexte de la sécurité est une nouvelle fois utilisé comme arme anti-grève.

 

En votant la poursuite de la grève jusqu’à lundi, en votant une motion de défiance à l’égard du PDG, les salariéEs de Radio France, toutes catégories rassemblées, ont montré leur détermination à poursuivre leur combat.

 

Une initiative de soutien aux grévistes sous forme de rencontre avec les auditeurs/trices est organisée samedi 4 avril à partir de 16h au Grand Parquet, 35 rue d’Aubervilliers Paris 18ème.

 

Le NPA, totalement solidaire de la lutte des salariéEs de Radio France, invite les auditeurs et auditrices à faire entendre la voix des amoureux et défenseurs du service public.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 15:33

COMMUNIQUE DU NPA DU 3 AVRIL 2015

REFORME DES COLLEGES : DECLARATION DE GUERRE CONTRE LES ENSEIGNANTS

Le 31 mars, Najat Vallaud-Belkacem, ministre d’un gouvernement désavoué dans les urnes, confrontée à la contestation depuis plusieurs mois de sa réforme de l’éducation prioritaire, a présenté aux organisations syndicales son projet de réforme du collège.

 

Comme toutes les autres réformes du gouvernement, ce projet n’aboutit qu’à une logique : l’application de l’austérité, et la dérégulation. En effet, avec cette réforme, le nombre d’heures d’enseignement disciplinaire des élèves en collège serait considérablement réduit (jusqu’à 6,5 h en moins en classe de 3e !).

 

Car alors que les établissements ont été déplumés des moyens qui permettaient de mettre en place des dispositifs pédagogiques en plus des horaires  obligatoires, cette réforme s’attaque désormais au minimum légal des horaires disciplinaires.

 

En effet, tous les dispositifs, l’accompagnement personnalisé, les projets interdisciplinaires, les options, seront fait sur le compte des horaires légaux de cours. Bilan, les élèves vont encore perdre des heures de cours, et les personnels, soumis à l’injonction de faire plus avec moins d’heures, n’en seront que moins disponibles pour leurs élèves.

 

Pire encore, en lieu et place des enseignements disciplinaires définis nationalement par un programme, le gouvernement instaure les « Enseignements Pratiques Interdisciplinaires » et les « Pôles » scientifiques et littéraires. L’enseignement dans le cadre de ces dispositifs serait défini localement, par le Conseil d’Administration, avec toutes les dérives que l’on imagine. La SVT, la physique et la technologie seraient globalisées et là aussi leurs enseignements seraient définis localement. En outre, les options latin et grec disparaîtraient, l’allemand est lui aussi menacé.

 

Cette réforme ne peut aboutir qu’à deux choses : la dérégulation du service des enseignants, avec une surcharge de travail alors que le salaire est gelé, et l’explosion des inégalités. En effet, si dans les grands collèges parisiens, on continuera à enseigner latin, grec, éducation musicale..., dans les établissements de quartiers populaires, tout sera fait pour « adapter l’école au bassin d’emploi », comme préconisé dans la loi d’orientation de Vincent Peillon. Pour les enseignants, un tel projet est inacceptable. Comme l’expliquent les enseignants mobilisés de Seine-Saint-Denis, seule l’augmentation des moyens en personnel, en heures d’enseignement... peut permettre de résoudre les difficultés auxquelles le collège est actuellement confronté.

 

Encore une fois, avec cette réforme, le gouvernement montre de quel côté il se situe : du côté des capitalistes, des banquiers, de ceux qui veulent adapter l’école à l’entreprise au lieu de développer une école émancipatrice.

 

Devant ces annonces catastrophiques, l’organisation syndicale majoritaire, le SNES-FSU, a décidé de rompre les négociations, suivi en cela par FO et la CGT. C’est un premier pas, qui doit se poursuivre par la mobilisation déterminée des personnels qui seule peut permettre le retrait de ce projet.

 

Le 9 avril constituera une première étape pour développer et amplifier cette nécessaire mobilisation.

 

Tous et toutes en grève le 9 avril.

REFORME DES COLLEGES : DECLARATION DE GUERRE CONTRE LES ENSEIGNANTS
Partager cet article
Repost0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 20:33
CONTRE LE GOUVERNEMENT, LA DROITE EXTRÊME ET L'EXTRÊME DROITE, TOUTES ET TOUS EN GREVE ET DANS LA RUE LE 9 AVRIL

Au deuxième tour des élections départementales, loin de reculer, l'abstention a augmenté en particulier dans les quartiers populaires. Moins d'un électeur sur deux est allé voter, un désaveu cinglant de tous les grands partis.

 

Le PS perd plus de la moitié des départements qu'il dirigeait. La droite et Sarkozy rafle la mise avec plus des deux tiers des départements. Quant au Front National, avec 62 élus, il continue sa progression.

 

« Le cap sera maintenu »
 

Valls a bien été contraint de reconnaître son échec et la sanction mais pour  aussitôt affirmer son intention de garder le poste et ...le cap.   Invoquant hypocritement la lutte pour l'emploi, il va continuer à diminuer le coût du travail, bloquer les salaires, alimenter le chômage, liquider les services publics...

 

Il prétend se battre contre la montée du FN, mais continue la politique qui nourrit le désespoir et le mécontentement, terreau de la montée des idées et des forces réactionnaires d'autant qu'elle s'accompagne de discriminations et de mesures policières et autoritaires qui ne font que lui donner raison. 

 

Des surenchères contre les travailleurs et la population

 

Sarkozy plastronne. Il peut dire merci au PS. L'alternance est en route proclame-t-il. On change les hommes mais pas de politique. Comme le PS et Macron il nous parle du manque de compétitivité de l'économie française qu'il faudrait libérer : supprimer les 35 heures, liquider le Code du travail, supprimer les seuils sociaux...
 

Le FN, se présente comme le porte-parole des défavorisés, Marine Le Pen se permet même de parler du « mépris de classe » de Valls. Mais il défend les mêmes intérêts, ceux des patrons et des classes dominantes. Sa « préférence nationale » ne vise qu'à dresser les exploitéEs les unEs contre les autres.

 

Dans leur concurrence pour le pouvoir UMP et FN rivalisent de démagogie sur le même terrain. L'un et l'autre veulent dévoyer le mécontentement, diviser le camp des travailleurs, des classes populaires en flattant le racisme et la xénophobie.


Construire le 9 avril pour préparer les suites

Face à la droite et à l'extrême-droite, Valls et les dirigeants du PS  veulent élargir leur majorité sans changer de politique. Il n'y a rien à attendre de ceux qui depuis 2012 n'ont pas fait autre chose que la politique du MEDEF. 

 

Les frondeurs du PS mendient un « nouveau contrat majoritaire ». Le Parti communiste ou Jean Luc Mélenchon appellent à une nouvelle alternative ou à refonder la République. 

 

Tous ont en ligne de mire les élections régionales de décembre prochain. De nouvelles élections dont les travailleurs et les classes populaires n'ont  rien à attendre  si, par en bas, nous ne reprenons pas l'offensive pour affronter le gouvernement et mettre en échec sa politique.

 

Sur nos lieux de travail ou de vie ont lieu des mobilisations sur les salaires ou pour l'emploi, des résistances pour le droit au logement ou contre des projets inutiles et destructeurs... c'est là que se construit un nouveau rapport de force et que se prépare l'avenir.

 

Depuis des semaines les politiciens occupent la une, à nous de reprendre l'offensive en faisant de la journée de grève et de manifestation du 9 avril, le point de convergence de tous les  mécontentements pour les salaires et contre le chômage, pour le retrait de la loi Macron et une étape importante dans la construction d'une opposition  au gouvernement unifiant  les combats contre l’austérité, le chômage et le racisme.

 

 

REUNION PUBLIQUE

à l'initiative de l'UL Clermont-Ferrand CGT

LOI MACRON :

QUELS CONSEQUENCES POUR LES SALARIES ?

MARDI 7 AVRIL 2015

19H00

Maison du Peuple

Place de la liberté Clermont-Ferrand

CONTRE LE GOUVERNEMENT, LA DROITE EXTRÊME ET L'EXTRÊME DROITE, TOUTES ET TOUS EN GREVE ET DANS LA RUE LE 9 AVRIL

------------------------------------

 

POUR L'INTERDICTION DES LICENCIEMENTS

POUR L'AMELIORATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL

POUR STOPPER LES POLITIQUES D'AUSTERITE

DE CE GOUVERNEMENT QUI PASSE EN FORCE

ET UTILISE LA REPRESSION A TOUT VA …

à Clermont-Ferrand

JEUDI 9 avril 2015

10H30 Place du 1er mai

 

Lire le tract d'appel intersyndical : ICI

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 14:56

COMMUNIQUE DU NPA DU 31 MARS 2015

CONFERENCE SOCIALE, HOLLANDE ET VALLS AN AVANT TOUTE CONTRE LES TRAVAILLEUR(SE)S

Au soir de leur défaite électorale, Valls et Hollande n'ont laissé aucun doute : « le cap sera maintenu ». Ils poursuivront la même politique au service du MEDEF et appliqueront les injonctions austéritaires de l'Union Européenne.

 

La politique anti-sociale symbolisée par le pacte de responsabilité et la loi Macron se poursuivra et s'approfondira. C'est dans ce contexte qu'est convoquée la conférence sociale du 3 avril, censée mettre les partenaires sociaux autour d'une table. Le but de cette conférence est de poursuivre la destruction des droits sociaux en cours.

 

Plus précisément, il semble que l'objectif principal soit la remise en cause tout à la fois du SMIC et du CDI. Pour ce gouvernement, « il faut que les patrons ne se sentent pas pieds et poings liés ». Il s'agirait donc de leur permettre de licencier, de baisser les salaires en cas de « difficultés ». Pour les salariés, ce serait un immense retour en arrière vers la précarité générale !

 

Pour le NPA, il n'y a rien à discuter, à “négocier” sur de telles bases. Rien de bon ne peut sortir de cette réunion. Alors que les travailleurs, les militants, se mobilisent partout pour assurer le succès de la journée de grève du 9 avril, que des luttes sectorielles sont en cours, il serait incompréhensible et contraire aux intérêts des salariés que cette telle table ronde puisse se tenir comme l'escomptent le MEDEF et le gouvernement.

Partager cet article
Repost0
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 08:23

Constellium est un groupe spécialisé dans la fabrication de produits d'aluminium. Il est issu de certaines branches de Péchiney. Nationalisé en 1980, il est privatisé en 1995, puis cédé au canadien ALCAN . La date  de fondation de Constellium est 2011

 

Avec des fonds d'investissement d'Apollo management (américain) à hauteur de 51%. Voila pour la face officielle, celle des inaugurations. L'autre face,c'est les 1800 femmes et hommes qui vendent leur force de travail pour transformer de la matière en  produit de haute technologie : des ailes d'avion.

 

Leur travail a permis de dégager des résultats d'activité supérieur à 150 000 000 d'euros en 2014 en retour l'augmentation accordée aux travailleurs est de 0,5% pour 2015. Pour en arriver là Constellium a appliqué le LEAN management. Le terme Anglais LEAN veut dire "maigre" "sans gras" "dégraissé" sert à qualifier une théorie de production qui se concentre sur la gestion sans gaspillage ou gestion allégée.

 

L'école de philosophie du LEAN est marquée par la recherche de la performance : en matière de productivité, de qualité, de délais et évidemment de coût.

 

Il est bien évident qu'une telle application ne se fait pas sans répercussion sur le personnel, ce qui amène la situation actuelle avec 7 suicides en 4 ans, de nombreux accidents du travail,des licenciements. Avec l'individualisation du travail (évaluation des performances, qualité totale) qui enferme le salarié dans un rapport solitaire au travail, à ses résultats, à sa hiérarchie, l'état d'esprit du travailleur ne peut qu'être sinistre.

 

Son emploi c'est sa vie, celle de sa famille. Ce ne sont pas les milliers de chômeurs qui diront le contraire. L'environnement de travail contribue aussi à la détérioration des conditions de travail : 1 médecin pour 1800 employés, des changements de poste permanents sans formation, une hygiène des ateliers au plus bas, le DRH "garde chiourme" en chef se vantant de faire des licenciements, tout juste s'il ne dit pas qu'il a "le droit de vie et de mort". Conséquence : stress, état dépressif, surmenage ce qui amène à la recrudescence des risques psychosociaux. La direction a crée une cellule psychologique mais les ouvriers hésitent de consulter, celle-ci n'étant pas neutre.

 

Sachant que l'état possède 12% dans le capital de Constellium, le syndicat CGT a rencontré le 9 Mars le Ministére du travail pour qu'il intervienne : attente du résultat.

 

Dans l'entreprise il y a d'autres syndicats FO, CGC, pourquoi un seul intervenant sur ce sujet ? Oui, on construit un nouvel atelier, oui on embauche, mais cela suffit-il pour asseoir l'avenir?

 

D'autant que la direction va passer à la phase 2 du LEAN. Pour le NPA, ce qui se passe chez Constellium, c'est tout ce que nous combattons : le capitalisme

Il est grand temps qu'à l'individualisme nous engageons la révolte collective pour éliminer les effets néfastes du capitalisme et construire une société plus juste.


 

CONSTELLIUM, LES AILES DU DESESPOIR.

PS : Article rédigé à la suite de la conférence de presse de la CGT devant l'entreprise Constellium à Issoire du lundi 23 mars 2015 à laquelle a participé le NPA

Partager cet article
Repost0
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 16:35
LE GOUVERNEMENT EST SANCTIONNE, UMP ET FRONT NATIONAL EN PROFITENT... DES LE 9 AVRIL, NOTRE RIPOSTE EST DANS LA RUE !

A CLERMONT-FERRAND

JEUDI 9 AVRIL 2015

à l'appel de l'intersyndicale FO, FSU, CGT, SOLIDAIRES, UNEF

10H30 Place du 1er mai

Lire l'appel intersyndical

LE GOUVERNEMENT EST SANCTIONNE, UMP ET FRONT NATIONAL EN PROFITENT... DES LE 9 AVRIL, NOTRE RIPOSTE EST DANS LA RUE !

Au soir du 1er tour des départementales, Valls se félicite en fumant le cigare que le FN ne soit plus le premier parti (comme cela était le cas aux élections européennes), mais seulement le deuxième, et on utilise la méthode Coué pour démontrer que le PS résiste bien. Bref, tout est fait pour relativiser la raclée électorale monumentale du PS et la rupture entre la majorité de la population et les partis institutionnels qui se manifeste par une abstention de près de 50% et bien plus dans les quartiers populaires.

Raclée du PS...

Les résultats du premier tour de ces élections départementales sont pour le PS très mauvais, n'arrivant qu'en troisième position : ses candidats ont été éliminés dans plus de 500 cantons dès le 1er tour, et il risque au soir du second tour de perdre entre 30 et 40 départements.

Face à cet échec, les différents ténors du PS, « frondeurs » ou non, ont tous la même explication : c'est la faute à « la division de la gauche ». Non, quoiqu’on pense des petits calculs des uns et cette nouvelle raclée électorale est due à la politique soumise au Medef que Hollande mène depuis trois ans. C’est cette politique qui consiste à favoriser les intérêts du Medef, détruit les droits sociaux, amplifie le chômage et la précarité qui a été sanctionnée.

Un paysage bleu horizon... qui tourne au bleu marine

L'UMP et ses alliés centristes sont en tête dans plus de 40 % des cantons et ont remporté 110 cantons dès le premier tour : ils redeviennent ainsi la principale force d'opposition au PS.

Cette victoire électorale de l'UMP est une véritable consécration pour Sarkozy, de nouveau remis sérieusement en selle pour 2017, avec un discours très ancré à droite et reprenant même des pans entiers du discours du FN.

L'extrême droite arrive bien en seconde position... ce qui permet ainsi à tous de minimiser son inquiétante percée. Pourtant, son résultat, avec la présence de ses 8000 candidatEs, confirme un ancrage sur tout le territoire, et des perspectives possibles de développement militant dans bien des endroits où elle était jusque-là inexistante. Au soir du premier tour, le FN est en tête dans 343 cantons, obtenant déjà 8 éluEs.

Se mobiliser, regrouper

Face à cela, la seule réponse du gouvernement et de la gauche institutionnelle pour battre le FN est le « front républicain », c'est-à-dire de voter UMP quand celle-ci est face au FN. Un piège. Mais face à la possible élection de membres du FN dans les conseils départementaux, il faut battre l’extrême droite dans les urnes quand un candidat de gauche lui est opposé.

Au-delà, pour s’opposer réellement au retour de l’UMP comme à la montée de l’extrême droite, il est indispensable de combattre la politique du gouvernement PS-Medef qui leur ouvre la voie. Les salariéEs et leurs organisations doivent retrouver le chemin des mobilisations. La journée de grève et de manifestation du 9 avril sera une étape importante dans le bras de fer avec ce gouvernement, en particulier pour défaire la loi Macron.

L’enjeu dans les semaines, les mois qui viennent, est de regrouper une opposition populaire unifiant tous les combats contre l’austérité, le chômage et le racisme. Il y a urgence.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du npa-63
  • : Campagne du NPA
  • Contact

Recherche