Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 17:24

DMILa fonderie DMI de Vaux, près de Montluçon, va-t-elle devenir le symbole des luttes inabouties face à la vague actuelle des fermetures d’usines et des licenciements ?

 

Un peu comme un autre sous-traitant automobile New Fabris, à Châtellerault, le fut il y a trois ans ? Son sort n’est pas différent de celles de dizaines d’autres, allant de 10 salariés à 300 au plus, qui sont menacées à travers le pays.

 

Des centaines peut-être, les comptes ne sont jamais faits qu’après coup. En 2012, 266 exactement sites industriels ont été rayés de la carte.

 

DMI est sorti de l’anonymat, parce qu’exaspéréEs, les salariéEs ont menacé de faire sauter l’usine (Tout est à nous ! n°183). Du coup, ils ont eu droit à l’intérêt des médias nationaux, voire internationaux, ce que le fait d’être passés entre les mains de trois repreneurs et d’un effectif de 800 à un peu moins de 170 en dix ans, puis menacés de fermeture complète depuis 9 mois, ne leur avait pas permis.

 

Cette menace, et leur mobilisation depuis des mois, leur a sans doute valu aussi de voir les juges leur accorder à une ou deux reprises un sursis, avant de décider la liquidation judiciaire.

 

Mais jeudi 14 mars, la décision est tombée : le seul repreneur qui restait en lice était accepté même s’il prévoit de ne garder que 30 ouvriers…

 

Plus de 130 des DMI restent donc sur le carreau.

 

Les DMI n’ont pas encore fini de faire parler d’eux. Ils maintiennent leur revendication d’une prime extra-légale de 50 000 euros pour les licenciéEs. Mais leur combat est encore plus difficile… en tout cas s’ils continuent à le mener seuls.

 

Ils partagent pourtant un objectif avec des centaines de milliers d’autres travailleurs : garder un emploi. Rien que dans l’Allier, un de ces départements sinistrés industriellement (mais aujourd’hui quel département peut prétendre qu’il ne l’est pas), deux autres usines de la même taille sont sous la même menace immédiate.

 

Grève à la serrurerie JPM, près de Moulins

 

Le jour même où DMI passait devant le tribunal, à Arvermes, près de Moulins, à quelques dizaines de kilomètres de DMI seulement, JPM une serrurerie industrielle de 160 salariéEs était en grève depuis 10 jours contre les licenciements décidés par le groupe Assa Abloy à qui JPM appartient, et contre une délocalisation proposée… à Troyes, à 400 kilomètres.

 

À JPM, ce n’est même pas le manque de boulot, au contraire, qui sert de prétexte pour restructurer. La volonté d’augmenter les profits suffit. On comprend l’exigence de 80 000 euros de prime extra-légale pour ceux qui devraient quitter la boîte.

 

Meeting des Candia à Saint-Yorre

 

Toujours dans l’Allier, et toujours ce même 14 mars, la centaine d’ouvrierEs de la laiterie industrielle de Candia Saint-Yorre, menacée de fermeture avec deux autres sites français de la même entreprise (une soi-disant coopérative, voir Tout est à nous ! n°181), organisait un nouveau meeting de protestation.

 

Depuis des mois ils ont multiplié rassemblements et grèves.

 

Le même jour, trois boîtes en lutte, à quelques dizaines de kilomètres de distance… Des boîtes certes dites « moyennes », mais qui se renforceraient l’une l’autre si elles se retrouvaient ensemble, pourraient même sans doute faire boule de neige.

 

Et si les boîtes phares comme PSA, Goodyear ou d’autres voulaient bien mettre leur poids dans la balance…

 

Flore Esse

Partager cet article
Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 16:41

C'est un documentaire de Marie-Monique Robin

 

Résumé :

 

L’agro-écologie, solution pour que chacun se nourrisse demain ? Oui, démontre ce documentaire ! Il présente des initiatives agro-écologiques réussies des quatre coins du monde, augmentant les rendements et créant de nouveaux liens entre producteurs et consommateurs. Des alternatives à diffuser sans modération...

 

PROJECTION-DEBAT

DU FILM « LES MOISSONS DU FUTURS »

en présence de la réalisatrice Marie Monique Robin

MERCREDI 27 MARS 2013 à 20H30

au cinéma le Rio

  

adresse rio

 

 

 film-les-moisseurs--.png

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 18:32
logo vertical rougeChypre connaît une brusque exacerbation de sa crise sociale et politique suite à la décision de son nouveau président, Nicos Anastassiades, de tenter d'imposer un plan dit de sauvetage, un véritable racket.

Ce plan dicté par la troïka (le FMI, la commission européenne et la Banque centrale européenne, la BCE), visait à taxer toute épargne de 6,75% à partir de 1 euro et de 9,9% au- dessus de 100 000 euros.

Devant la révolte de la population, le gouvernement a été contraint de faire un geste en exemptant les épargnes de moins de 20 000 euros. Pour, au final, être désavoué par le Parlement où sa propre majorité s’est abstenue.
LA SOCIETE MALADE DE LA FINANCE
Ces ponctions étaient censées rapporter 5,8 milliards d'euros exigés en contrepartie et complément d'une aide de 10 milliards d'euros pour renflouer les banques du pays. Un plan de sauvetage de près de 16 milliards d'euros, soit l'équivalent du PIB de tout le pays !
L'équivalent de toutes les richesses produites sur un an à Chypre aurait été ainsi donné à des banques qui ont bénéficié d’un régime fiscal particulièrement avantageux et qui sont aujourd'hui au bord de la faillite.
Elles ont spéculé sur la dette des autres en particulier de la Grèce, dans l'immobilier et bien d’autres domaines. Le ministre des finances a eu le cynisme de se vanter d’éviter « des coupes dans les salaires et les retraites ».
Mensonge évident puisque la ponction aurait concerné, en premier lieu, les salariés et les retraités. Les riches, les affairistes, russes ou autres, habitués à passer par les banques de ce paradis fiscal qu’était Chypre pour blanchir leurs milliards, avait déjà pour l’essentiel sorti leur fortune du pays.  
LES POLITIQUES D'AUSTERITE,UN RACKET
«Le cas de Chypre et de son secteur bancaire est unique», disent les proches de Hollande pour rassurer l'opinion. Certes,mais il n'empêche que la tentative de hold up chypriote est en cohérence avec les politiques d'austérité qui alimentent, partout en Europe, les plans de sauvetage des banques ou les subventions et autres cadeaux aux patronat.
C'est la même politique qui est à l’œuvre dans toute l'Europe où les classes dominantes s'approprient, grâce à la politique des États, une part croissante des richesses qu'elles volent à la collectivité, aux travailleurs qui les produisent.
Et elles les dilapident en les jouant au casino de la finance. Hollande et son gouvernement, Cahuzac et ses amis, qui ont participé à la décision de la troïka sur Chypre, ne font rien d'autre, quant au fond, ici.
EXPROPRIER LES VOLEURS
Face à la mainmise des banques et du Medef sur l’État nous n'avons pas d'autres moyens pour imposer une autre politique que de nous organiser, de nous mobiliser.
Nous ne pourrons éviter l'affrontement avec le gouvernement et ses amis pour nous donner les moyens de mettre en œuvre une autre politique qui garantisse nos droits en remettant en cause ceux des banquiers et des patrons.
Il faut mettre les voleurs hors d'état de nuire en expropriant les financiers et en créant un monopole public bancaire pour mettre l'économie au service de la population et non d'une minorité parasite.
Partager cet article
Repost0
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 21:38

affiche-copie-1.pngLe 3 ème Forum des Alternatives Locales aura lieu en écho au Forum Social Mondial de Tunis, le samedi 23 mars 2013.

 

Le thème local retenu est le lancement d'une monnaie locale complémentaire dans le Puy-de-Dôme.

 

Le lieu en sera la Salle des Fêtes de Beaumont (63), en partenariat avec la municipalité. Une soirée d'ouverture aura lieu le vendredi soir à 19 h 30, salle "la Galipote", Maison des Beaumontois.

 

Plus d'information sur la monnaie locale :ICI

 

 

programme 1

 programme 2

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 21:25

cercle-de-silence.png

Pendant les 10 dernières années la politique d'immigration a été menée pour battre des records d'expulsion. La capacité des centres de rétention a été multipliée par 3.

Des enfants ont été privés de liberté au mépris de la Convention Internationale qui les protège. La France a été condamnée pour non respect des Droits de l'Homme à cause de cette politique d'enfermement et d'expulsion des étrangers.

 

Pire, cette course au chiffre a déshumanisé notre Administration et à distiller la xénophobie dans l'esprit des français.

 

Nous demandons un VERITABLE CHANGEMENT MAINTENANT :

 

- moratoire sur les expulsions le temps de définir les critères de régularisation

- arrêt de l'enfermement des enfants et des familles

- confier les demandes d'asile au Ministère de la Justice ou des Affaires Etrangères et non au ministère de l'Intérieur

 

VENEZ PARTICIPER AU

CERCLE DE SILENCE

DU JEUDI 21 MARS 2013

DE 18H30 à 19H00

Place de Jaude à Clermont Ferrand

pour montrer votre indignation à cette politique menée par Valls qui ne change pas de celle menée par la droite

 

 

 

Le NPA exige la régularisation de tous les sans papiers

Le NPA exige la liberté de circulation

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 21:29

Crack.gif

 

John Holloway, auteur de Crack capitalism, veut contribuer à résoudre ce problème qui tourmente une grande partie de l'humanité. Il développe ses réflexions en 33 thèses avec une ardeur et passion qui rompent avec la réserve académique ou certaines froideurs militantes.

 

Crack Capitalism veut ranimer le débat dans les réseaux militants, parmi les Indignados, les chercheurs critiques et toutes celles et ceux qui aspirent aujourd’hui à changer le monde.

 

 

 

 

 

 

VENDREDI 22 MARS 2013

DISCUSSION autour du livre « CRACK CAPITALISM »

avec le traducteur José Chatroussat

à l'initiative de la CNT

à 19h00 hôtel des Vils(avenue de l'union soviétique)

 

SAMEDI 23 MARS 2013

DISCUSSION autour du livre « CRACK CAPITALISM »

avec le traducteur José Chatroussat

à l'initiative des amis du monde diplomatique

à 17h00 au café lecture « Les augustes »

5 rue sous les augustins

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 10:14

logo vertical rougeCOMMUNIQUE DE PRESSE DU NPA

DU 15 MARS 2013

 

Le gouvernement vient de décider de reporter la date fatidique de la fin de la trêve hivernale au 30 mars. Difficile de faire autrement, l’hiver ayant, lui aussi, décider de reporter sa date de fin.

 

15 jours de gagnés pour toutes celles et ceux qui sont menacés par une décision de justice d’être expulsés de leur logement. Encore faut-il qu’ils ne soient pas squatters ou Rroms, parce que dans ces cas il n’y a pas de répit.

 

Valls d’ailleurs annonce, dans la grande tradition sarkozienne, la poursuite du démantèlement des bidonvilles, politique indigne qu’il habille d’humanité, confortant sur le dos des Rroms son image de fermeté.

 

Quelle pratique barbare que l’expulsion du logement, du squat, du bidonville. Comme si ceux qui sont contraints d’y vivre étaient responsables de la crise, du chômage, de la précarité des revenus, de la pénurie des logements. 230 000 foyers ont vu leurs contrats d’électricité ou de gaz résiliés en 2012. La violence s’ajoute à la violence.

 

Le report de la date des expulsions n’est pas une avancée. Il ne devrait pas y avoir de date.

*C’est toute l’année que les expulsions doivent être interdites.

*Le droit au logement est un droit fondamental qui devrait être inaliénable. Comme le droit à l’énergie, à l’eau.

 

Ce qui implique évidemment d’oser remettre en cause le droit de propriété.

Partager cet article
Repost0
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 23:15

imagesamiantePétition AMISOL

Honte à la justice française

à l'égard des victimes

de la pire usine d'amiante !

 

en direction de la

ministre de la justice

 

Le 13 février 2012, à Turin, deux des plus hauts responsables du groupe ETERNIT ont été condamnés à 16 ans de prison ferme pour désastre volontaire ayant fait des milliers de victimes.

 

Ce 8 février 2013, pour des faits analogues, commis à la même époque, avec les mêmes conséquences, la cour d'appel de Paris décide que le procès de claude Chopin, ex-PDG de l'usine française de textile amiante, AMISOL, n'aura pas lieu.

 

L'Etat contre les victimes d'empoisonnement industriel 

 

Aucune charge n'est retenue contre lui, au motif « que les faits commis en 1974 ne peuvent pas être appréciés avec les exigences de santé publique apparus depuis lors »… « Que la mémoire des faits s’efface » !

 

 

Cet épisode éclaire de façon nette la volonté de l’Etat à l’égard des victimes de l’amiante puisque cette décision résulte de la demande du Procureur général en soutien objectif de la demande de l'ex-PDG d'AMISOL.

 

Elle s'inscrit en cohérence avec l’annonce par le ministère de la Justice du retrait des fonctions de juge d'instruction de la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy, coordonnatrice de l’instruction au Pôle de Santé Publique, sous le couvert d’une interprétation de la loi limitant la durée de mandat de juges spécialisés.

 

La décision rendue à Paris contre les victimes d'AMISOL témoigne d'une volonté politique d'étouffer l'affaire de l'amiante. C'est à cela qu'aura servi la création du pôle judiciaire de santé publique !

 

Non pas juger mais étouffer...

 

Cette décision scandaleuse qui éconduit les victimes de la pire usine d’amiante française, va cependant beaucoup plus loin qu’AMISOL. Elle est dangereuse pour tous.

 

Elle signifie que les effets différés des empoisonnements industriels, qu'il s'agisse de l'amiante ou autres toxiques mortels, pourraient ne jamais être jugés. La porte est ainsi ouverte à tous les abus, à toutes les impunités des véritables responsables.

 

Prends le chèque et circule  

 

La réprobation doit s’exprimer, parce que cet épisode sous-tend aussi cette idée : « les victimes ouvrières n’ont pas droit à la justice pénale, la réparation par l’indemnisation éventuelle doit leur suffire ». C’est en quelque sorte :

 

PRENDS LE CHEQUE ET CIRCULE.

 

 

 

Le POURVOI EN CASSATION

des victimes d'AMISOL A ETE IMMEDIAT…

LE COMBAT CONTINUE !

 

 

 

En mémoire et en soutien de toutes les victimes d'AMISOL, avec les militantes et militants, ex-ouvrières et ouvriers de cette usine qui, depuis les années 1970, luttent contre l'amiante et pour les droits des victimes,

 

NOUS, SOUSSIGNES, NOUS VOULONS DIRE :

 

NOTRE REPROBATION DE CETTE DECISION JUDICIAIRE INDIGNE

NOTRE SOUTIEN RECONNAISSANT AUX AMISOL

NOTRE REFUS DE PROCUREURS AU SERVICE DES POUVOIRS ECONOMIQUES

NOTRE VOLONTE QUE LE DOSSIER DE L’AMIANTE NE SOIT PAS JUSQU’AU BOUT DANS LA CONNIVENCE

ET NOUS NOUS ENGAGEONS AUX COTES DES AMISOL POUR LA JUSTICE PENALE CONTRE LES RESPONSABLES DE CRIMES SOCIAUX ET ENVIRONNEMENTAUX.

 

SIGNEZ LA PÉTITION

Partager cet article
Repost0
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 07:39

 

Affiche-15-mars--Version-4-avec-logos-.jpg

 

Dans le cadre de la journée internationale contre les violences policières et de la semaine nationale contre les violences policières, Justice et Vérité pour Wissam organisera avec ses soutiens une soirée de sensibilisation et d’échanges, le 15 mars 2013 à Clermont-Ferrand.



Soirée projection de court-métrage et débat

 

(voir les films ICI)

 

pour sensibiliser à la problématique des violences policières

 

VENDREDI 15 MARS 2013

 

20h00 Salle Poly(Place Poly) à Montferrand

 

Partager cet article
Repost0
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 16:49

 

 

 

banderole ROMAGNAT

 

 Photo NPA:  prise lors du rassemblement du collectif du lycée Vercingétorix, un LYCEE A TAILLE HUMAINE, le 12 mars 2013 , devant le conseil régional

 

 

Texte écrit par le personnel du lycée Vercingétorix, le 20 février 2013

Le Lycée Vercingétorix dans l'incompréhension !

Lycée des métiers de la communication et des industries, 63540 Romagnat

Suite à l'annonce de la fermeture du lycée des métiers lors du conseil d'administration par le Conseil Régional, programmée à la rentrée 2014, le lycée Vercingétorix n'accepte pas cette décision brutale et sans concertation et souhaite comprendre ce qui l'a motivée.

Déterminé à tout mettre en oeuvre pour conserver un outil de formation reconnu et déjà optimisé, le lycée réclame des justifications chiffrées et précises concernant le transfert des filières sur d'autres sites, d'autant plus que le seul argument présenté est d'ordre financier et qu'aucune étude n'a été faite à ce jour, ni sur le coût de la rénovation, ni sur son transfert.

 

En outre, il nous a été dit que les considérations humaines et pédagogiques n'ont pas encore été prises en compte et relèveraient d'une concertation ultérieure entre les différentes parties. Mais comment imaginer que cela n'ait pas été pris en compte avant la prise de décision ?? Les élèves doivent avant tout se trouver au centre des réflexions !!

« L'alchimie subtile » (sic) permettant un travail d'équipe, un réel suivi des élèves, une qualité de vie et d'enseignement s'est construite depuis de nombreuses années, entre les enseignants et tous les partenaires du lycée : industriels, Marine Nationale, Banque de France, école d'ingénieur, autres établissements et institutions... Il est illusoire de maintenir cette alchimie en disséminant l'équipe du lycée sur les différents sites d'accueil.

 

La force du lycée provient aussi de la complémentarité et la communication entre ses filières qui travaillent en symbiose : photographie, communication visuelle, production graphique, production imprimée, maintenance et électrotechnique, tant en CAP, qu'en Bac pro, BTS et formation continue !! Les élèves des 3 PrépaPro, des ULIS et des CIPPA s'y intègrent très bien, et cela leur est facilité par la taille humaine de l'établissement.

Le projet d'établissement conduit à la reconnaissance de la qualité de l'enseignement par le monde des métiers de la communication et des industries régionales, qui embauchent en toute confiance leurs futurs salariés parmi les élèves.

Nous souhaitons comprendre comment une simple estimation financière « à la louche » (sic) peut déclencher la fermeture d'un lycée qui fonctionne, à effectif plein, sans que les considérations humaines, pédagogiques et matérielles n'aient encore été envisagées, alors que 86 Millions d'euros pour un nouvel hôtel de Région viennent d'être engagés?

A ce jour, malgré nos demandes, aucun chiffrage financier ne nous a été communiqué !

En tant que citoyens et contribuables, nous souhaitons la transparence.

En tant que personnels du lycée, nous voulons conserver cet outil de formation reconnu par tous.

 

Nous demandons aux élèves, anciens élèves, parents d'élèves, partenaires industriels, autres établissements, élus, municipalités, citoyens... de nous soutenir dans cette démarche.

 

 

 POUR SOUTENIR LE COMBAT DU COLLECTIF VERCINGETORIX,

UN LYCEE A TAILLE HUMAINE

Conseil Régional: Empêcher la fermeture du Lycée Vercingétorix de Romagnat

 SIGNEZ LA PETITION 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du npa-63
  • : Campagne du NPA
  • Contact

Recherche