Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 20:21

COLLECTIF 63 POUR UN AUDIT CITOYEN DE LA DETTE PUBLIQUE

 

Communiqué de presse

 

Les organisations membres du Collectif 63 pour un audit citoyen de la dette publique appellent à manifester le samedi 26 novembre 2011.

Rassemblement à partir de 14H30, Place de Jaude à Clermont-Ferrand.

Ce rassemblement s’inscrit dans l’action du Collectif national du même nom qui veut permettre aux citoyens de se réapproprier la question de la dette publique, et à partir de là les grandes questions de politique économique, comme des enjeux démocratiques.

Le Collectif entend aussi dénoncer les politiques injustes qui font payer la crise de la finance par les peuples, et en particulier les catégories les plus précaires et les plus défavorisées.

ATTAC, DAL, LDH, MNCP-Chomactif, Les Amis du Monde Diplomatique, Brut de Béton Production

CGT, FSU, UNEF, Union Syndicale Solidaires

Europe Ecologie-Les Verts, Front de Gauche (PCF, PG, GU, FASE), NPA

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 19:13

COMMUNIQUE DE PRESSE

DU NOUVEAU PARTI ANTICAPITALISTE

JEUDI 17 NOVEMBRE 2011

 

nucleaire-image.png 

 

Pour le NPA, l’EPR ou l’aéroport de Notre Dame des Landes sont emblématiques d’un système qui doit produire toujours plus pour augmenter toujours plus les profits des grands groupes capitalistes comme Vinci ou Areva. La sortie du nucléaire ou l’arrêt des grands projets productivistes ne sont pas facultatifs, ils sont la condition même d’un plan de réorganisation de la production au service des besoins des populations et respectueux des impératifs écologiques.

 

L’écologie n’est soluble ni dans le libéralisme ni dans la lutte des places.

À ce stade des négociations entre le Parti Socialiste et Europe Écologie - Les Verts, ces derniers semblent être les grands gagnants en termes de nombre de circonscriptions obtenues faisant même grincer quelques dents chez les socialistes en particulier à Paris et à Lyon mais en renonçant à la sortie du nucléaire, en acceptant l’EPR de Flamanville et même l’aéroport de Notre Dames des Landes.

 

Le Parti socialiste a clairement fait son choix. Pierre Moscovici, le coordinateur de l’équipe de campagne de François Hollande, est également vice-président du Cercle de l’industrie, ce lobby patronal qui regroupe notamment Air France, Areva, EADS, EDF, GDF-Suez, PSA, Total ou encore Veolia Environnement...

 

Dans la campagne électorale comme dans les mobilisations le NPA défendra une transition énergétique radicale articulant sortie du nucléaire en dix ans, réduction des émissions de gaz à effet de serre, développement massif des énergies renouvelables et mise en place de politiques de sobriété et d’économies d’énergie.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 10:00

 

reunion-dette.jpg  

 

 COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

Fin octobre 2011, à Paris, un certain nombre d’associations et d’organisations syndicales ont décidé, avec le soutien de partis politiques, de constituer un Collectif national pour un audit citoyen de la dette publique (http://www.audit-citoyen.org/).

 

L’audit citoyen est un processus de mobilisation de la société civile, à partir de la question de la dette publique, visant à replacer dans le champ du débat démocratique des choix qui en sont aujourd’hui soustraits. D’où vient cette dette ? Qui détient les titres de la dette ? Qui spécule sur elle ? Combien a coûté le sauvetage des banques ? Partout en Europe, Grèce, Portugal, Espagne, des citoyens et des citoyennes exigent d’avoir des réponses et s’organisent en collectifs.

 

Réunis à Clermont-Ferrand, le 8 novembre 2011, les représentants départementaux des organisations soussignées ont décidé de créer le Collectif 63 pour un audit citoyen de la dette publique. Ce collectif aura pour but de mener, dans le département, des actions sur les mêmes objectifs que le Collectif national. Site internet : http://www.audit-citoyen63.org/

 

ATTAC, LDH, MNCP-Chomactif, Les Amis du Monde Diplomatique, Brut de Béton Production

 

CGT, FSU, UNEF, Union Syndicale Solidaires

 

Europe Ecologie-Les Verts, Front de Gauche (PCF, PG, GU, FASE), NPA

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 09:12
 
logo vertical rouge
 
 
 
 
 
 
Pas question de payer la dette d’un Etat au service exclusif des riches, des actionnaires et des banquiers !
 
 
 
 
 
 
 
 
Le plan d’austérité tel qu’annoncé par Fillon il y a quelques jours était déjà insupportable puisqu’il pèse uniquement sur les salariés, les chômeurs, les plus démunis.
Le gouvernement s’apprête à voler 7 milliards en 2012 et 11,6 milliards en 2013 dans les poches des salariés pour le donner aux banques.
 

- L’augmentation de la TVA de 5,5 % à 7 % sur les produits et les services ? Cela signifie une augmentation de l’impôt le plus injuste alors que sur les 10 dernières années les gouvernements ont fait baisser de 40 milliards l’impôt sur le revenu.
 
- 500 millions d’euros d’économies supplémentaires sur les dépenses de l’Etat, en particulier les budgets sociaux et l’éducation ? Une nouvelle montée du chômage et la misère. Une réduction des dépenses de santé, alors que beaucoup de personnes renoncent déjà à se soigner à cause des coûts trop élevés.
 
- Le gel à 1% de l’augmentation de la plupart des prestations sociales ? Une diminution du niveau de vie, alors que l’inflation approche 2,5 %.
 
- Le recul plus rapide de l’âge de départ à la retraite ? Les salariés concernés vont devoir travailler 1 à 4 mois supplémentaires uniquement pour les banques et les spéculateurs !
 
 
 
                                                                Mais ça ne leur suffit pas.
 
 
Chaque jour Sarkozy, Fillon, les ministres, le MEDEF ou les capitalistes de la banque ou de l’automobile annoncent ou proposent de nouvelles mesures. Elles visent à diminuer le pouvoir d’achat des travailleurs, des chômeurs, des plus démunis, de toutes les couches populaires ou à jeter à la rue encore plus de salariés.
 
Un jour de carence supplémentaire pour les indemnités maladie pour les salariés du privé comme du public.
 
La TVA « sociale » (bien mal nommée) qui pourrait remplacer les cotisations… surtout patronales.
 
Des milliers d’emplois supprimés à la BNP après la Société Générale mais aussi chez Peugeot-Citroën… sans compter tous les emplois induits (sous-traitants de toutes sortes, régions massacrées autour des sites touchés).
 

En revanche aucune mesure prévue contre ceux qui sont à l’origine de la crise : les banques qui ont spéculé sur les dettes, les grands actionnaires qui ont engrangé des milliards de profits et ont ainsi cassé l’économie et licencié.
 
 
 
 
                                     Et ce n’est certainement pas fini.
 
 
 
Il suffit de regarder les exemples de la Grèce ou de l’Italie. Elles en sont à leur deuxième ou troisième plan de rigueur et leurs nouveaux gouvernements à peine nommé en promettent encore un nouveau. Comme quoi il ne suffit pas de virer Papandréou si c’est pour le remplacer par un vice-président de la Banque Centrale Européenne, ou Berlusconi par un conseiller de Goldmann Sachs, la puissante banque d’affaire américaine !
 
Tant qu’on remplacera des politiciens pourris, corrompus et haïs à juste titre, comme Sarkozy ici, par d’autres politiciens de droite ou de gauche, mais du même monde, il n’y a rien à espérer pour les travailleurs ni de Grèce, d’Italie, d’Espagne, du Portugal… ni de France.
 
Avis donc à tous ceux qui pourraient croire que les choses peuvent changer par la seule vertu des prochaines élections de 2012. François Hollande a déjà prévenu. Son objectif sera de « donner du sens à la rigueur ». En clair, s’il est élu il nous chantera la chanson bien connue. Celle que nous ont chantée successivement Mitterrand, Chirac ou Sarkozy : « moi j’aurais bien voulu mais il y a l’héritage, mais il y a la crise, mais il y a… toujours quelque chose qui empêche de tenir les promesses électorales ».
 
 
Non, c’est maintenant qu’il faut refuser de payer une crise dont nous ne sommes pas responsables.
 
 
Sans attendre des élections dont nous ne connaissons pas le vainqueur… et encore moins ce qu’il fera une fois au pouvoir.
 
Au contraire en organisant une lutte et une riposte d’ensemble, d’abord pour imposer nos revendications et finalement retirer le pouvoir aux capitalistes, à ces 1% qui ont causé cette crise en amassant leur fortune sur le dos des 99% du restant de la population, condamnés à un sort de plus en plus difficile.
 
 
 
Refuser de payer cette crise ce serait :
 
 
- refuser de payer la dette, saisir les banques pour les unifier dans un service public sous contrôle des salariés.
 
- augmenter les salaires de 300 euros, annuler les réformes cassant les retraites et les services publics, réduire le temps de travail pour supprimer le chômage. Toutes ces choses seraient possibles si on prenait l’argent là où il est amassé… plutôt que de diminuer les impôts des plus riches ou déverser
 
des subventions aux patrons par dizaines de milliards, comme l’ont fait Sarkozy et beaucoup d’autres gouvernements avant lui.
 
 
Sur ces objectifs le NPA est prêt à prendre sa place aux côtés des organisations du mouvement ouvrier et de la gauche sociale et politique à qui il a proposé de se réunir et se concerter pour aider à organiser une riposte sur le terrain des mobilisations.
 

Faire payer la crise par ses responsables,
 
banquiers et grands patrons ?
 
Ne pas payer leur dette ?
 
Refuser l’austérité que nous préparent gouvernement et capitalistes ?
 
Est-ce possible et comment ?
 
 
 
Sur ces questions les militants du NPA vous proposent de débattre et échanger lors de réunions publiques.
 
 
 
A ISSOIRE
 
VENDREDI 25 NOVEMBRE 2011
 
20H00
 
À LA MAISON DES ASSOCIATIONS
 
Salle Wallis
 
 
 
 
 
Aux ANCIZES
 
JEUDI 24 NOVEMBRE 2011
 
18H00
 
Salle du conseil Municipal
 
Salle BATISSE, rue de la chartreuse
 

 
 
LE NPA appelle à soutenir  le rassemblement contre les dictatures des marchés financiers et contre les choix d'austérité qui en découlent à l'initiative de la CGT
 
 
CONTRE LES DICTATURES DES MARCHES FINANCIERS
à l'initiative de l'UDCGT 63
RASSEMBLEMEMENT SAMEDI 19 NOVEMBRE 20111
15H00 PLACE DE JAUDE
 
affiche poutou 
RASSEMBLEMENT SAMEDI 19 NOVEMBRE 2011 EN VIDEO
 
  Plus de 300 personnes à ce rassemblement, le NPA a distribué le tract ci-dessus.
 
 
 
 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 18:53

Pourquoi j'irai voter pour le Nouveau Parti Anticapitaliste

 

PHOTOS-POUTOU.jpg 

Philippe Poutou, candidat du NPA/MAXPPP

 

Dans le paysage politique français actuel, nombreux sont les Français à ne trouver aucun candidat les représentant réellement. Entre les conservateurs déçus par l'UMP, les gauchistes lassés par les évolutions libérales du parti socialiste ou ceux qui ne se reconnaissent tout simplement pas dans une tendance politique particulière, les Français en âge de voter seront nombreux à bouder les urnes.

Mais que penser de la tendance abstentionniste qui sera sûrement la grande gagnante de ces élections présidentielles et surtout quelles alternatives lui opposer ?

 

 

 

 

 

Un abstentionnisme militant ?

 

 

L'idée de ne pas aller voter a chez beaucoup fait son chemin. Les indignés Espagnols ou Grecques prônent le combat de la rue plutôt que le combat des urnes, en défendant que rien de plus qu'une alternance gauche/droite ne peut ressortir des élections.

 

 

Ce problème d'abstentionnisme est donc aussi lié au problème de la tendance bipartiste ; une fois déçu par l'UMP et le PS, on ne voit pas qui pourrait fairechanger les choses.

 

En effet, même si le Front National connaît une relative évolution, combien négligent totalement les autres partis politiques ? L'UMP ? Trop libéraux. Le PS ? Trop bobo. Et les autres ? Trop extrémistes.

 

Ce mythe de l'extrémisme tient à la position des partis politiques français sur le spectre politique. Non, extrême gauche ne signifie pas extrémisme ou comportement totalitaire, mais plutôt radicalisme politique.

 

Le radicalisme, et pourquoi pas ?

 

La solution à la dégradation du niveau de vie des Français pourrait passer par ce radicalisme politique. Les sociaux-libéraux sont et seront éternellement coincé entre leurs envies de justice sociale et leurs envies d'aider leurs amis les plus riches.

 

Bien plus, les Français n'ont-ils pas enfin besoin de quelqu'un qui vit la réalité de la précarité ? La conception élitiste du pouvoir politique a depuis toujours dominé, il serait temps de la remettre en cause.

 

L'ENA n'a jamais appris à quiconque ce que c'était de vivre à quatre dans une maison de huit mètres carrés, ce que c'était de se faire limoger à cinquante ans sans pouvoir assurer un avenir digne à ses enfants.

 

Les Sciences politiques apprennent à communiquer plutôt qu'à agir. Alors bien sûr, vivre la précarité ne suffit pas pour la combattre efficacement, mais cela assure nécessairement un niveau d'implication bien supérieur.

 

Le champ politique ressemble aujourd'hui à s'y méprendre à une émission de télé-réalité : ce sont les plus présentables, les plus charismatiques qui gagnent et les idées politiques sont mises au second plan. Si bien que ces idées sont entièrement puisés dans les think-thank comme Terra Nova ou l'Institut Montaigne financés par les entreprises du CAC 40.

 

Finalement, la solution passe sûrement par l'accroissement du pouvoir du peuple, pour contrebalancer la domination oligarchique du milieu de la finance.

 

Mais alors, qui choisir ?

 

Attaché à la question de la démocratie participative et de la représentativité de la classe travailleuse dans le gouvernement, j'ai cherché longtemps lequel des partis était le plus crédible dans ce domaine et me suis vite rendu compte que celui qui avait la position la plus cohérente était le Nouveau Parti Anticapitaliste.

 

L'attitude de Jean-Luc Mélanchon est révélatrice de sa conception du pouvoir. En refusant d'envisager de ne pas être candidat si le NPA acceptait de rejoindre le Front de Gauche, il a montré à tout le monde que ses propres ambitions primaient sur le projet de réunir la Gauche.

 

Ses références à Robespierre et son attachement à la République gaulliste en font le représentant d'une gauche que je qualifierais de réactionnaire, encore très attaché à cette personnalisation du pouvoir inhérente à la 5ème République.

 

Besancenot, lui, a été cohérent avec ses idées ; voyant que le pouvoir électoral du NPA reposait grandement sur sa personnalité, il a souhaité qu'un autre candidat se présente à sa place.

 

Besancenot choisit ici la primauté des idées sur la personnalité et c'est un choix très courageux. D'autant plus que Phillipe Poutou sera sûrement le seul ouvrier à se présenter à l'élection présidentielle de 2012.

 

Le calcul stratégique, passivité intellectuelle

 

Pour sûr, certains me reprocheront de ne pas être réaliste. "De toute façon, Phillipe Poutou ne deviendra jamais président, tu penses bien". Ce genre de raisonnement est à proscrire.

 

En tant que citoyen, je réfléchis à mon vote en fonction du projet politique qui est proposé, pas en fonction de l'hypothétique score du parti pour lequel j'ai porté mon choix. Je soutiens avec force que si chacun raisonnait de cette manière, les scores du PS et de l'UMP seraient bien inférieurs à ceux attendu.

 

On prétendra aussi que je suis complètement inconscient et que je veux faire gagner le Front National. Mais choisir son vote en fonction du Front National, c'est encore lui accorder du crédit. De plus le Front National n'est pas plus opposé à moi que l'UMP, idéologiquement parlant. Et s'il venait à être élu, je me soumettrais au principe de la démocratie, comme je l'ai toujours fait jusque-là.

 

Je pourrai discuter longtemps du pourquoi de ce vote, mais j'ai préféré me limiter à ces arguments qui devraient convaincre tout le monde de s'intéresser à ce que propose réellement le NPA avant de le catégoriser comme un parti idéaliste.

 

Ce cheminement intellectuel, personne ne me l'a imposé. Moi aussi je pensais ne pas aller voter. Les candidats de gauche ne me convenaient pas, et le conservatisme de la droite et du centre-droit me repoussait, j'étais lassé par ces élections qui finissaient toujours par les mêmes résultats.

 

Mais je me suis dit que l'on ne pouvait pas rester neutre face à la désolation que nous serons amenés à subir si nous continuons dans cette alternance UMP/PS pendant encore de longues années.

 

Je suis sûr que le moteur du changement peut aussi venir des élections. Et même de petites évolutions seront positives.

 

N'oubliez surtout pas, la neutralité, c'est comme l'eau tiède, elle est trop chaude pour être bue et trop froide pour prendre un bain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 16:04
ecole-capitalisste.png 
 
 
 
 " La nouvelle école capitaliste"
aux éditions la Découverte
Les auteurs Christian Laval,Francis Vergne,
Pierre Clément,Guy Dreux
 
 
 
 
 
 
 
 
Ce qui ressemble aujourd’hui à un sabotage de l’école – suppressions de classes, réduction des effectifs enseignants et appauvrissement de la condition enseignante – ne suffit pas à caractériser la mutation historique de l’école. Celle-ci ne joue plus seulement une fonction dans le capitalisme, comme l’ont montré les analyses critiques des années 1970 : elle se plie de l’intérieur à la norme sociale du capitalisme. L’« employabilité» est le principe et l’objectif de la normalisation de l’école, de son organisation et de sa pédagogie. L’école devient peu à peu un système hiérarchisé d’entreprises productrices de « capital humain » au service de l’«économie de la connaissance ».
 
Elle cherche moins à transmettre une culture et des savoirs qui valent pour eux-mêmes qu’elle ne tente de fabriquer des individus aptes à s’incorporer dans la machine économique. Les effets inégalitaires de la concurrence, la mutilation culturelle introduite par la logique des « compétences » ou la prolétarisation croissante du monde enseignant révèlent la perte d’autonomie de l’école par rapport au nouveau capitalisme et aux luttes des classes sociales autour de l’enjeu scolaire.
 
Dans ce livre de combat et de théorie, les auteurs renouvellent la sociologie critique de l’éducation en inscrivant les mutations de l’institution scolaire et universitaire dans celles du capitalisme contemporain. Ils entendent ainsi donner à tous ceux qui se sentent concernés par cette problématique éminemment politique les outils d’analyse pour construire une alternative convaincante et résolue.


DEBAT AUTOUR DU LIVRE
                           " LA NOUVELLE ECOLE CAPITALISTE"
organisé par la sociète Louise Michel
MARDI 29 NOVEMBRE 2011 20 h 30 -
café lecture les Augustes
5 rue des augustins à Clermont Ferrand
 
en présence de l'un des co-auteurs,Francis Vergne

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 11:59
manif-feministe-009.JPGLe samedi 5 novembre, dans le cadre d'une journée nationale (organisé par le Collectif National des Droits des Femmes) contre les violences faites aux femmes, un rassemblement d'environ une trentaine de participant(e)s a eu lieu à Clermont Ferrand devant la préfecture.
 
 
 
 
rassemblement a eu lieu à l'initiative de l'antenne locale de l'association "Osez le féminisme 63"
 
REVENDICATIONS NATIONALES
 
 
 
 
 
 
REVENDICATIONS LOCALES
 
 
 
 
Une délégation rencontrera un représentant de la préfecture le 25 novembre, afin d'exposer les problématiques , concernant la prévention et la lutte contre les violences faites aux femmes. 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 07:55
 
 
incinerayeur 003
 
 
Dimanche 6 novembre au matin, vers 10H00, la marche vers Paris pour lutter contre l'incinération qui tue, qui pue et qui pollue et de plus coûte chère, est partie du village de la Résistance sur le site de Beaulieu.
 
 
 
 
     

 Lundi 7 novembre 2011 (2ième jour) étape de 77 km à vélo

 Mardi 8 novembre 2011 (3ième jour) 

Mercredi 9 novembre (4ième jour)

Jeudi 10 novembre (5ième jour)

Vendredi 11 novembre(6iéme jour)

 

SAMEDI 12 NOVEMBRE à Paris grande manifestation contre l'incinérateur et contre l'aéroport  de notre dame des Landes

 

 

 incinerayeur 003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 17:09
portrait PoutouPhilippe Poutou, 44 ans, est ouvrier à l’usine Ford de Blanquefort près de Bordeaux. Syndicaliste, il a animé une lutte de plusieurs années contre la fermeture de son usine.
 
 
 
Son père était facteur, sa mère sans emploi. Choqué par la violence de la société, Philippe Poutou a commencé à militer en 1984 au lycée. Il a rejoint 
l’extrême-gauche.
 
 
 
 
 
En 2009, il participe à la création du Nouveau parti anticapitaliste.
 
 
 
Sans diplôme, Philippe Poutou a d’abord enchaîné les emplois précaires comme intérimaire ou surveillant de collège, avant d’être embauché en CDI chez Ford comme réparateur de machines-outils.
 
Au début des années 2000, la production a commencé à diminuer dans l’entreprise. Un premier plan social, de 500 départs volontaires, a eu lieu en 2005. En 2007, les salariés ont décidé de lancer une bataille pour la défense des emplois.
 
 La résistance contre ce qui apparaissait comme inéluctable s’est construite avec la participation des habitants de Blanquefort, le soutien des élus locaux, diverses manifestations, notamment au salon de l’auto à Paris, les liens avec les autres entreprises mobilisées. En 2011, les commandes et les investissements pour de nouvelles production ont repris. 1000 emplois ont ainsi été sauvés, ainsi que la vie économique de la ville.
 
 
 Quand Olivier Besancenot a décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle de 2012, afin de montrer que la politique est une affaire collective, pas individuelle, le NPA, Nouveau parti anticapitaliste, a décidé d’en faire son candidat.
 
Militant pour la sauvegarde de l’emploi, au coeur du salariat, il est a même de représenter ceux qui souffrent de la crise au quotidien, ceux qui ne veulent plus la subir.
 
Philippe Poutou continuera à travailler à l’usine durant la campagne électorale, afin de montrer que la vie politique doit être accessible à tous.
 
 
 
Poutou candidat NPA
 
 
 
 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 08:20
 Les violences faites aux femmes :
une des conséquences de la domination masculine
 
 Sexuelles, physiques, verbales ou psychologiques, les violences font trop souvent partie du quotidien de toutes les femmes.
Les récentes affaires (DSK, Georges Tron...) sont des exemples parmi tant d’autres et nous donnent le ton : impunité mais aussi banalisation de ces violences. 75 000 femmes sont violées chaque année, mais il n’y a que 10 000 plaintes déposées et seulement 2 000 condamnations ; 146 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint en 2010.
 
Si les viols touchent les femmes de tous les milieux sociaux dans les mêmes proportions, il n’en va pas de même de la justice : parmi les 5% de violeurs condamnés, 90 % concernent des hommes des milieux populaires.
 
Dans la famille, au travail, dans la rue,
ne plus se taire !
Le mouvement féministe s’est battu pour faire reconnaître que ce qui se passe dans le cadre « privé » est en réalité l’affaire de tou-te-s : le viol conjugal, les violences physiques ou psychologiques dans le cadre du couple sont encore très majoritairement niés. Le nombre de femmes violées ou battues qui se taisent ou n’en parle qu’une fois est très élevé.
 
Au travail, les femmes sont exposées aux violences d’autant plus qu’elles ont des emplois précaires et qu’elles doivent subir la subordination à leur employeur et le chantage à l’emploi. Il y a entre 20 et 40 % des femmes qui sont victimes de harcèlement sexuel au travail, allant des remarques déplacées et répétées aux attouchements et agressions.
 
La violence est également dans les normes qui pèsent sur l’apparence et la sexualité des femmes. Obligation d’être dans la norme : féminine et sexy mais pas « trop quand même » sinon on n’est plus qu’un bout de viande qui doit dire oui à tout ! Et si on « ose » se défendre, et bien tant pis… après tout on l’a bien cherché ! Bref une même constante : convenir aux hommes en toute circonstance !
 
Les violences sont multiples, mais elles ne nous touchent pas de la même façon. Le choix de l’orientation sexuelle expose particulièrement les lesbiennes tant les pratiques sexuelles et amoureuses sont vues comme des déviances ou des relations au rabais pour celles qui n’ont pas trouvé un « vrai mec ».
 
Encore largement tolérées, les violences sexistes servent donc à maintenir l’ordre patriarcal à la maison, dans la rue ou au travail. Elles font système.
 
Les jeunes :
la première cible
 
Les jeunes femmes sont plus touchées par ces violences. En cette période de crise, ces violences se traduisent aussi par une attaque à l’accès à la contraception et à l’avortement. Nous l’avons constaté : le discours de retour à l’ordre moral, les attaques des centres IVG, la généralisation des pilules non remboursées… tout cela constitue un acte de violence. C’est nous interdire le droit à disposer de notre corps et de notre sexualité.
 L’indépendance financière est nécessaire pour être autonome et c’est encore plus vrai pour les jeunes femmes. Aujourd’hui, avec l’oppression familiale et le système patriarcal, les jeunes femmes sont les plus touchées par ces oppressions. Mais des solutions existent comme l’allocation d’autonomie, car nous sommes des travailleuses en formation et comme toute travailleuse, nous avons le droit à un salaire.
 

    femmmeLE NPA revendique la contraception et avortement libres, gratuits et accessibles à toutes
LE NPA revendique le droit des femmes à disposer de leur corps et de leur sexualité
LE NPA revendique la mise en place de l'allocation d’autonomie
LE NPA revendique la création de crèches dans les universités
LE NPA exige l'instauration d'une loi-cadre prenant en compte les violences sexistes dans toutes leurs dimensions : famille, couple, au travail, lieux publics, lesbophobes, prostitution (prévention, sanction, accueil et accompagnement des victimes, protection des victimes, garantie de leur revenu et de leur droit au séjour, accès au logement)
LE NPA se bat pour la création d'un service public d’accueil, d’écoute et d’hébergement des femmes victimes de violence
LE NPA souhaite la mise en place de campagnes d’information et de prévention contre les comportements sexistes.
 
CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES
(Journée Nationale)
TOUS AU RASSEMBLEMENT
SAMEDI 5 NOVEMBRE
16H00 devant la préfecture de Clermont-Ferrand
 
 
 
banderolle-femmes-BD
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du npa-63
  • : Campagne du NPA
  • Contact

Recherche