Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 22:11

 

COMMUNIQUE DU NPA

7 JANVIER 2015

 

François Hollande, une fois encore, même dans le drame, n’avait rien à dire. Dans le pays s’expriment de partout l’indignation, la colère, la révolte face à l’exécution pure et simple de journalistes indépendants, libres et satiriques, anticonformistes, cette mise à mort de Charlie Hebdo, et Hollande nous vante la France rassemblée, appelle à l’union nationale.

 

Au passage il justifie les guerres que lui et son gouvernement mènent contre les peuples dans des régions du monde où le pillage et les interventions militaires organisées par les grandes puissances ont semé la misère et le chaos.

 

 

C’est bien parce que le NPA est pleinement solidaire des journalistes, des salariés, des victimes de l’agression barbare et réactionnaire contre Charlie Hebdo et ses journalistes que nous ne nous associons pas à cette union nationale, à ce rassemblement de la France.

 

Le rassemblement derrière ce gouvernement qui mène la guerre contre les peuples et les travailleurs, le rassemblement derrière Sarkozy qui, là encore, dit la même chose que Hollande ou derrière Marine Le Pen qui en profite pour mener sa campagne raciste et xénophobe sous prétexte de lutte contre le fondamentalisme islamique, c’est non.

 

C’est bien leur politique, la régression sociale et démocratique, la décomposition sociale dont ils sont responsables qui secrètent cette barbarie obscurantiste, cette violence abjecte qui visent à semer la terreur, contre la liberté d'expression, la liberté de la presse au nom de préjugés réactionnaires et obscurantistes.

 

La réponse n’est pas l’union nationale mais bien plus que le monde du travail, la population laborieuse reprennent l’offensive pour sortir la société de la régression, du chaos dans laquelle la politique des classes capitalistes l’entraîne.

 

Notre solidarité avec les victimes de la terreur, nous l’exprimerons en toute indépendance de leur union nationale.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 16:22
UNE FOLIE BARBARE ET REACTIONNAIRE

COMMUNIQUE DU NPA 7 JANVIER 2015

 

L’attaque du siège du journal Charlie Hebdo provoque l'indignation et la colère devant une telle violence aveugle et meurtrière contre des journalistes, des salariés. Elle vise à semer la terreur, contre la liberté d'expression, la liberté de la presse au nom de préjugés réactionnaires et obscurantistes.

 

Nous avons souvent eu l’occasion de nous engager, de débattre, voire de polémiquer avec les dessinateurs et journalistes de Charlie Hebdo, et avec qui nous avons eu des combats communs.

 

Le NPA adresse sa solidarité aux proches et familles des victimes, aux journalistes, aux salariés de Charlie Hebdo.

 

Mais nous ne serons d'aucune union nationale avec les apprentis sorciers qui jouent avec le racisme, attisent les haines contre les musulmans, les étrangers, ou se servent de cette affaire pour mettre en place de nouvelles lois liberticides. Ils portent une lourde responsabilité dans le climat xénophobe et délétère que nous connaissons aujourd’hui.

 

Les uns et les autres sont des ennemis de la démocratie, de la liberté, des ennemis des travailleurs, des classes populaires, les ennemis d'un monde de solidarité.

 

Le NPA appelle à manifester sa solidarité avec Charlie Hebdo à Clermont-Ferrand : 18H30 Place de Jaude

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 10:04

COMMUNIQUE DU NPA DU 4 JANVIER 2015

L'INSUPPORTABLE RACISME ORDINAIRE CONTRE LES ROMS

Christian Leclerc, le maire de Champlan, une commune proche de Massy et de Palaiseau dans l’Essonne, a refusé l’inhumation d’un bébé dans le cimetière de sa commune. Cette petite fille, âgée de trois mois, est morte à l’hôpital de Corbeil-Essonnes le 26 décembre dernier de la « mort subite du nourrisson ».

 

Sa famille est rom. Elle vit avec une trentaine d’autres sur un terrain de Champlan, les deux frères du bébé sont scolarisés dans cette commune. Les parents payaient les frais d’inhumation et le prix de la concession.

 

Mais le maire ne l’a pas voulu. Ce petit notable local a abusé de son pouvoir contre cette famille parce qu’elle est rom. Une décision abjecte qui rajoute l’humiliation à la douleur de parents qui viennent de perdre leur enfant.

 

M. Leclerc s’était déjà distingué par des campagnes de calomnies répétées contre les familles roms qu’il laisse sans eau ni électricité ni ramassage des ordures dans leur campement, des conditions minimum que devrait leur assurer la municipalité.

 

Un éluE qui commet de tels actes devrait être démissionné immédiatement. Mais l’exemple du racisme contre les Roms vient des sommets de l’Etat. Le Premier ministre Valls s’était engagé personnellement dans une campagne contre les Roms lorsqu’il était ministre de l’Intérieur en fournissant des justifications aux expulsions de leurs campements. Un racisme dirigé contre les plus pauvres des pauvres, que certains voudraient transformer en boucs-émissaires.

 

Le NPA apporte sa solidarité à la famille de la petite Maria Francesca qui sera inhumée à Wissous. Il dénonce le racisme abject dont sont victimes les Roms et appelle à leur manifester soutien et solidarité.

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 06:00

COMMUNIQUE DU NPA DU 31 DECEMBRE 2014

LES VOEUX D'HOLLANDE : NEUF MINUTES POUR RIEN !

Encore une fois Hollande assemble les mots pour ne rien dire. Une constante « La France » répété en boucle, le patriotisme comme étendard, les interventions militaires comme bilan... Un élément de langage « la confiance » pour faire oublier les politiques d'austérité, le chômage...

 

Mais il n'oublie pas de saluer et de confirmer pour 2015 sa politique économique en faveur du patronat, le pacte de responsabilité et ses cadeaux fiscaux, la loi Macron et sa destruction des protections des salariéEs au nom de la « simplification »

 

Quant au sommet climat, il ne sert que comme faire valoir pour faire oublier sa politique pro-nucléaire. Rien de neuf en provenance de ce gouvernement qui continuera et accentuera sa politique antisociale.

 

De notre côté, plus que jamais, nous souhaitons infliger en 2015 des défaites à ce gouvernement.

Un bon début serait une mobilisation massive, unitaire pour imposer l'abandon du projet de loi Macron.

Une bonne suite serait la construction d'une mobilisation monstre pour changer le système pas le climat.

 

Alors oui, ce serait une bonne année 2015 !

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 20:44

COMMUNIQUE DE PRESSE

DU 30 DECEMBRE 2014

MORT D'UN SYSTEME, PAS DE FROID

Trois personnes sans logis sont mortes ces derniers jours à Paris, à Douai et dans les Alpes-Maritimes. Deux autres ont péri dans l'incendie d'un squat en Seine-et-Marne où ils avaient essayé de faire un feu pour se réchauffer.

 

Contrairement aux affirmations des médias, elles ne sont pas mortes de froid mais de l’exclusion, de la pénurie de logements, de la politique d’un gouvernement qui fait plus de cadeaux aux patrons qu’il ne se soucie des plus démunis.

 

En effet, ce sont près de 300 personnes qui meurent chaque année dans la rue, hiver comme été. L’âge moyen de décès des sans-abri est en France de 48 ans quand l’espérance de vie moyenne est de plus de 80 ans.

 

Chaque jour le 115 est dans l’incapacité de proposer des hébergements à des dizaines de sans-abri. Les demandeur/euses de logements sociaux parisiens, le plus souvent prioritaires DALO, sont confrontéEs à des conditions de vie de plus en plus éprouvantes.

 

Plus de 150 000 personnes sont sans logis et la loi sur la réquisition des logements vacants n’est pas appliquée alors qu’il y en a plus de 2 millions. On continue à construire des centaines d'immeubles de bureaux autour de Paris tout aussi vides que ceux du centre de Paris.

 

La construction de logements sociaux devrait être la priorité. Tout le contraire du projet de loi Macron qui veut, comme l’a fait Sarkozy, favoriser les logements « intermédiaires ».

 

Les trémolos et la compassion que ne manquera pas de manifester Hollande lors de ses vœux n’en seront que plus hypocrites.

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 22:38

COMMUNIQUE DU NPA DU 24 DECEMBRE 2014

 

 

Les chiffres du chômage connaissent une nouvelle hausse, 27 400 (+ 0,8 %) par rapport au mois précédent, c'est un nouveau funeste record. Sur un an, la hausse atteint 5,8 %, selon le ministère du travail.

 

Ces chiffres, ce sont une dégradation constante des conditions de vie et de travail pour l'immense majorité des salariés,  le désespoir pour celles et ceux qui sont touchés de plein fouet, jetés à la rue sans perspective. C'est toute la société que la politique du patronat et du gouvernement tire en arrière.

 

La droite dénonce les prétendues erreurs du gouvernement alors que le Front national appelle à voter pour lui en 2015 pour redresser l'économie en dénonçant l'UMPS.

 

Les uns comme les autres se fichent du monde, les erreurs du PS sont les mêmes que celle de l'UMP, les mêmes que celle du Front national si jamais il arrivait aux affaires. L'erreur d'être au service des intérêts d'une minorité qui tient les rênes de l'économie et ne la dirige qu'en fonction de ses seuls intérêts et privilèges. L'erreur, c'est la logique du profit, de la course à la rentabilité financière, à la compétitivité.

 

La réponse, ce sont les luttes de celles et ceux qui se battent pour leur salaires. C'est la mobilisation contre la loi Macron, le riche banquier ministres des riches, qui voudrait imposer le travail du dimanche, remettre en cause le droit du travail.

 

La réponse c'est l'interdiction des licenciements et le partage du travail entre toutes et tous sans perte de salaire. Mais ce cadeau-là, personne d'autre qu'eux-mêmes ne l'offrira aux salariéEs !

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 12:35
SOUSCRIPTION 2014 :J'ECRIS POUR LE PACTE DE SOLIDARITE ANTICAPITALISTE

Camarade et AmiE proche de nos luttes,


 

Nous savons que les temps sont durs et que tu soutiens peut-être déjà une autre organisation syndicale ou associative. Mais si chacunE à qui nous adressons cette lettre nous offre une contribution, nous pourrons continuer nos luttes : les petits ruisseaux font les grandes rivières.

 

Tout au long de l’année, le NPA s’est engagé dans différentes campagnes : le soutien à la lutte des postierEs, des cheminotEs, à la Palestine, ou encore la lutte contre l’extrême droite… Certaines de nos actions et certains de nos militantEs ont été poursuivis en justice.

 

Chaque jour, nos camarades militent sur les lieux de travail, aident à l’organisation des salariéEs pour résister à l’exploitation, pour préparer aussi des luttes d’ampleur, un tous ensemble, et pour que le mouvement ouvrier reconquiert son indépendance politique.


 

Nous défendons nos idées, nos perspectives, aidons à l’organisation de celles et ceux qui veulent résister dans les quartiers populaires. Nous militons aussi au sein de la jeunesse, « la flamme de la révolution ».

 

Nous avons également les frais de tirages de tracts, d’affiches, les meetings… Bref, comme tu peux l’imaginer, un certain nombre de dépenses, mais jamais dans l’excès, galas, buffets, ou autres pirouettes du genre…

 

Toutes ces activités ont de fait un coût pour notre trésorerie. Nous les assumons tant bien que mal avec les cotisations des membres de notre parti, mais cela ne suffit pas. Nous ne bénéficions d’aucune aide de l’État, contrairement aux grands partis institutionnels.

 

C’est pourquoi chaque année nous avons besoin de l’aide de celles et ceux qui soutiennent nos combats. Nous savons bien que les difficultés financières sont le lot du plus grand nombre et de beaucoup de nos amiEs.

 

Nous aurions besoin de 400 000 euros et aujourd’hui nous n’avons récolté qu’un peu plus de 40 000 euros. Nous sommes loin du compte, il y a urgence.

 

Nous demandons à celles et ceux qui sont proches de nos idées, proches de cœur ou proches de raison, de nous aider à poursuivre ce que nous défendons : un anticapitalisme sans compromis avec le système, la défense des oppriméEs, la lutte pour une société plus juste et plus égalitaire, une transformation révolutionnaire.

 

Sache que, si tu es imposable, 66 % du montant donné est déductible des impôts (autrement dit, si tu nous donnes 30 euros… cela ne t’en coûte réellement que 10).

 

Alors, aucune, aucune hésitation…

 

Salutations militantes fraternelles,

 

Le NPA

 

Par chèque : à l’ordre de « NPA souscription » et à renvoyer à NPA souscription, 2 rue Richard-Lenoir 93100 Montreuil
Par carte bancaire : http://souscription.npa2009.org

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 16:01

 

 

Vendredi dernier, en Italie, la grande majorité des salarié-e-s ont participé à la grève générale contre les mesures du gouvernement Renzi, un gouvernement des patrons qui s’aligne sur la politique de la Troïka européenne.


 

La grève, appelée par le principal syndicat, la CGIL, a été un succès, de fortes manifestations ont eu lieu dans tout le pays. Mardi, c'était au tour des travailleurs belges qui, par la grève générale, ont paralysé le pays contre l’austérité mise en œuvre par le gouvernement de droite.


 

Faire échec à l'offensive contre nos droits


 

En Italie, en Belgique comme en Espagne ou en Grèce, comme ici ou en Allemagne, depuis 25 ans les gouvernements de droite ou de gauche mènent les mêmes attaques contre le monde du travail.


 

Partout aussi, aujourd'hui, ces attaques franchissent un nouveau seuil. Face à l'aggravation de leur propre crise, gouvernements et patronat veulent imposer des reculs encore plus significatifs et remettre en cause le droit du travail pour donner aux patrons toute la liberté de licencier, de faire pression sur les travailleurEs pour faire baisser ce qu'ils appellent « le coût du travail » en accentuant l'exploitation.


 

Au nom de la compétitivité, ils multiplient les cadeaux aux patrons en nous faisant payer l'addition par de nouvelles coupes dans les dépenses sociales de l’État, des régions et des communes.


 

Macron ou le triomphe de la banque


 

C'est aussi l'objectif de la loi Macron. Ce « Projet de loi pour la croissance et l’activité » vise à donner plus de libertés aux capitalistes, sur le travail du dimanche, le travail de nuit ou avec l’invention du travail de soirée ; par les attaques contre la justice prud’homale mise sous tutelle de juges professionnels, celles contre la médecine du travail ou l’Inspection du travail…

 

Et une série de mesures visant à libérer les patrons de toutes sortes d’obligations concernant le délit d’entrave, les droits des CHSCT, les critères des licenciements, et les recours des salariéEs, en cas de PSE.

 

Et quand Macron prétend remettre en cause les avantages des professions dites réglementées, ce n'est pas dans le souci d'un meilleur service aux usagers. Au contraire, c'est pour faciliter la mainmise de la finance sur ces secteurs d'activité ou privatiser l’examen du permis de conduire, favoriser le développement des lignes de transport en autocar, dangereuses et polluantes, avec mise en concurrence avec le réseau SNCF…

 

Construire la riposte, sortir de la passivité des syndicats

 

La multiplicité des attaques et la confusion du projet de loi voudraient en masquer la gravité. Il ne faut pas s'y tromper, l'offensive est brutale. Les organisations syndicales, au lieu d'organiser la riposte, soit s'adaptent à la politique du gouvernement soit restent passives et sans initiative comme la CGT, paralysée par la scandaleuse affaire Lepaon.

 

Les syndicats doivent être des instruments pour que les salarié-e-s puissent s'organiser, se défendre, construire la riposte à l'offensive du patronat sans craindre l'affrontement. Il y a urgence à construire une grande mobilisation contre la loi Macron et la politique du gouvernement.

 

Ici, comme en Belgique ou en Italie, en Grèce, au Portugal ou en Espagne, face à la régression sociale provoquée par le patronat et les Etats, l'avenir dépend de nos capacités à nous mobiliser pour changer le rapport de force.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 19:09

COMMUNIQUE DU NPA
 

DU 16 DECEMBRE 2014

ET MAINTENANT NOS RETRAITES !

 

Il a suffi d'un rapport du Conseil d'orientation des retraites (COR), et de la Cour des comptes pour qu'aussitôt le ministre du Travail, François Rebsamen, s'empresse d'affirmer que le gouvernement était tout à fait disposé à allonger, une nouvelle fois, la durée de cotisation requise pour toucher une retraite à taux plein.

 

Il reprend les mêmes mensonges que les gouvernements précédents de droite comme de gauche : l'espérance de vie s'allonge, il faut donc travailler plus longtemps, jusqu’à 64 ans désormais selon la Cour des Comptes. .

 

Mais la question n'a rien à voir avec l'espérance de vie. Si les caisses de retraites ont des difficultés financières, en particulier les caisses complémentaires, la principale cause c'est le chômage qui ne cesse de s'aggraver.

 

En effet, s’il n’y avait pas 5 millions de chômeurs, il n’y aurait aucun problème pour financer nos retraites. Et au lieu de faire travailler les salariéEs le dimanche, ce gouvernement devrait trouver des solutions pour que les salariéEs aient du travail le reste de la semaine.

 

Et il ne serait pas bien difficile de renflouer les caisses de retraites plutôt que de distribuer des milliards au patronat avec le Pacte de responsabilité ou les exonérations de cotisations sociales. Ce dernier ne diminue en rien le chômage, les patrons n'investissent pas et dilapident l'argent public sur les places boursières qui sont en train de dégringoler.

 

bien cette politique soumise aux intérêts d'une minorité qu'il faut mettre en échec pour garantir des retraites et des salaires permettant de vivre dignement.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 20:55

Les mineurs isolés étrangers (MIE) doivent être

pris en charge par l’aide sociale à l’enfance du Puy de Dôme 


 

2014 marque le 25ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant, ratifiée par la France. Au cœur de ses principes, la non-discrimination, la recherche de l’intérêt supérieur de l’enfant et la participation de celui-ci aux décisions qui le concernent. Cependant, à Clermont-Ferrand, ces principes sont bafoués, envers les mineurs étrangers isolés. La responsabilité du Conseil général est engagée, la protection de l’enfance étant de sa compétence.

Nous trouvons révoltant que l'aide sociale à l'enfance , au mépris de sa mission d'aide à l'enfance (et du code civil qui stipule que tout acte d’état civil étranger doit être présumé valide) n'ait rien de plus pressé, aussitôt que des MIE entre 16 et 18 ans lui sont confiés, que de les emmener au bureau de la Fraude Documentaire (dans les locaux de la Police aux Frontières ) pour faire vérifier les papiers qu'ils présentent. Il s’ensuit le plus souvent, au prétexte qu'un doute existe sur leur minorité, que ces jeunes sont mis à la rue sans toit ni ressource. Et sans même qu’ils soient passés devant un juge.

Nous trouvons particulièrement choquant que, quelques semaines plus tard, lorsqu’un juge des enfants demande à l’aide sociale à l’enfance(ASE) de prendre en charge un jeune, celle-ci fasse appel de la décision du juge et laisse le jeune à la rue.

Voici un exemple : B, né en 1998, est arrivé (par le désert) du Cameroun à Clermont Fd en mars 2014. Sa minorité est contestée par l’ASE qui le conduit au bureau de la Fraude Documentaire. Toujours à la demande de l’ASE, il subit des tests osseux étalonnés sur une population blanche américaine et qui n’avaient pas vocation à être utilisés en justice et qui sont dénoncés par l’ordre des médecins. Il est exclu de l'ASE. En mai 2104 Il est convoqué par le Juge des Enfants qui ordonne son placement à l'ASE. Celle-ci a fait appel. B. reste donc à la rue.

Le 24 Novembre, il est convoqué en Cour d'appel. Le jugement sera rendu en décembre. Compte tenu des documents qu'il a reçus prouvant sa minorité, le jugement de réadmission sera sans doute confirmé. Il aura passé 9 mois à la rue parce que l’ASE l’a « présumé » majeur. Il est scolarisé en lycée professionnel (CAP maçonnerie) et chacun loue son travail et son comportement.

Le Conseil général ne peut pas rester insensible sur le plan humain, ni dans l’illégalité au regard du droit international, européen et français face à cette situation qui concerne actuellement 2 jeunes filles et 8 jeunes garçons. Ils en sont réduits à dormir dans des squats, car le service d’hébergement d’urgence (115) ne prend pas en charge les mineurs.

Ils n’ont ni électricité pour faire leurs devoirs, ni chauffage, ni eau chaude. Ils n’ont pu être scolarisés que grâce aux démarches des militants du Réseau Education Sans Frontières (RESF) et à l’accueil favorable des établissements scolaires avec le soutien de la direction académique des services de l’éducation nationale. Certains sont internes mais doivent retourner au squat pendant les week-ends et les vacances scolaires, d’autres dorment au squat chaque soir.

Or ces mineurs isolés étrangers sont particulièrement soucieux de réussir leurs études et leurs formations. Ils méritent de trouver auprès des institutions de la République un accompagnement qui les protège et leur permette de mener à bien leurs projets afin de s’insérer efficacement dans la société française.


 

Les restrictions budgétaires ne peuvent pas

justifier l’abandon des missions du Conseil général.

Pour la régularisation des mineurs isolés étrangers

Contre la suspicion généralisée

Pour la prise en charge des mineurs isolés étrangers

par l’Aide Sociale à l’Enfance 

Le Conseil général du Puy de Dôme

ne peut laisser des enfants à la rue 


 

RASSEMBLEMENT

Lundi 15 décembre à 17H

Clermont-Fd devant le Conseil général

Boulevard Desaix


 

Premiers signataires :

RESF , Ligue des droits de l’Homme, Cimade, Defense des enfants international-France, UD CGT, SOLIDAIRES, SUD éducation, FSU, NPA, GA-ensemble, PCF, EELV

 

Article 3 de la convention internationale des droits de l’enfant : « Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu’elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du npa-63
  • : Campagne du NPA
  • Contact

Recherche