Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 15:01

 

 

 

Les cheminots sont massivement en grève depuis une semaine. Les trains ne roulent presque plus. Pour la première fois depuis 2012, des dizaines de milliers de travailleurs de ce pays résistent de manière coordonnée et radicale à Hollande et son gouvernement qui veulent imposer une régression de plus contre les conditions de travail et les services publics.

 

Les cheminots ne défendent aucun privilège, ils se battent pour que, dans cette société, tout ne soit pas basé sur la recherche du profit maximum, au détriment des intérêts des salariéEs et de la population.

 

 

 

Dégradation des conditions de travail pour les cheminotEs

=

baisse de la qualité de service pour les usagers !

 

Ce que les cheminots refusent massivement, c'est la « réforme ferroviaire » que Hollande et Pépy, le directeur de la SNCF, veulent faire voter cette semaine au Parlement.

 

Cette réforme poursuit deux objectifs.

 

* Tout d'abord, elle organise l'éclatement de la SNCF en trois entreprises différentes avec la séparation des activités déficitaires (aiguillages et entretien du réseau) des activités rentables (faire rouler des trains et les commercialiser) afin de privatiser ces dernières. Ils appliquent ainsi fidèlement le principe libéral : « privatiser les profits et nationaliser les pertes ».

 

Et pour que ce joli cadeau au MEDEF soit complet, l'entreprise gestionnaire du réseau (qui resterait publique) hériterait des 40 milliards d'€ de dette du système ferroviaire... avec l'objectif de les rembourser grâce aux gains de productivité et aux suppressions de postes !

 

Cette réforme aura donc des conséquences dramatiques sur la qualité des transports, déjà bien basse, et sur la sécurité des circulations ferroviaires. C'est juste honteux, quelques mois à peine après la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge, dont la cause principale était le manque d'investissement dans le réseau et la surcharge de travail des agents d'entretien des voies.

 

* Le deuxième objectif est de « baisser le coût du travail » des cheminotEs, c'est-à-dire de leur appliquer le principe sarkozyste du « travailler plus pour gagner moins ». Sous le prétexte d'égalité, Hollande et Pépy veulent tirer les conditions de travail des 160 000 cheminotEs de la SNCF vers le bas, en les harmonisant sur celles des 3000 cheminotEs qui bossent pour des boites privées... Après l'ANI et les accords de compétitivité dans l'industrie, le gouvernement s'attaque encore une fois aux travailleurs, pour satisfaire les demandes du MEDEF !

 

Les enjeux de la réforme(interview de Gabriel: cheminot)

Les cheminotEs montrent la voie du « tous ensemble » !

 

Les cheminotEs se mobilisent contre des attaques qui existent dans toutes les entreprises aujourd'hui : sous-effectifs permanents, suppressions de postes, blocage voir baisse des salaires... Comme toujours, gouvernement et médias essaient de casser la grève en montant les usagers contre les grévistes, sur le thème de la prise d'otage ou du sabotage du bac.

 

Mais finalement, ça ne marche pas tant que ça… car partout, la colère sociale est latente. D’ailleurs, bien d’autres salariéEs sont en lutte aujourd’hui : salariéEs de la santé, des aéroports, postierEs, intermittentEs du spectacle. C’est bien la preuve que la colère sociale pourrait bien éclater à bien plus grande échelle.

 

Hollande, Valls martèlent que la grève doit cesser. Tavailleurs, chômeurs, ou jeunes, nous sommes dans le camp que les cheminotEs en lutte, contre ce gouvernement au service du MEDEF !

 

Soutenons la grève des cheminots, et prenons exemple sur eux !

 

Si les cheminotEs font remballer son projet de réforme au gouvernement, gageons que ce sera un sacré encouragement pour que nous retrouvions tous et toutes le chemin des grèves victorieuses et des luttes collectives.

 

 

  

Les cheminotEs montrent la voie du « tous ensemble » !

 

Les cheminotEs se mobilisent contre des attaques qui existent dans toutes les entreprises aujourd'hui : sous-effectifs permanents, suppressions de postes, blocage voir baisse des salaires... Comme toujours, gouvernement et médias essaient de casser la grève en montant les usagers contre les grévistes, sur le thème de la prise d'otage ou du sabotage du bac.

 

Mais finalement, ça ne marche pas tant que ça… car partout, la colère sociale est latente. D’ailleurs, bien d’autres salariéEs sont en lutte aujourd’hui : salariéEs de la santé, des aéroports, postierEs, intermittentEs du spectacle. C’est bien la preuve que la colère sociale pourrait bien éclater à bien plus grande échelle.

 

Hollande, Valls martèlent que la grève doit cesser. Tavailleurs, chômeurs, ou jeunes, nous sommes dans le camp que les cheminotEs en lutte, contre ce gouvernement au service du MEDEF !

 

Soutenons la grève des cheminots, et prenons exemple sur eux !

 

Si les cheminotEs font remballer son projet de réforme au gouvernement, gageons que ce sera un sacré encouragement pour que nous retrouvions tous et toutes le chemin des grèves victorieuses et des luttes collectives.

 

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 21:49

  COMMUNIQUE DU NPA

DU 11 JUIN 2014

COMMUNIQUE DU NPA

DU 11 JUIN 2014

SOUTIEN TOTAL A LA GRÈVE DES CHEMINOTS

Depuis hier soir 19h, les cheminots sont en grève reconductible à l'appel de la CGT, de SUD-Rail et de FO contre la réforme ferroviaire. Une réforme qui vise à la privatisation du chemin de fer et qui s'attaque également aux conditions de travail des cheminots.


En voulant éclater la SNCF en 3 entreprises, gouvernement et direction SNCF cherchent à séparer les activités rentables de celles qui ne le sont pas, c'est la logique de socialisation des pertes et privatisation des profits qu'ils veulent mettre en place.

 

L'abrogation de la réglementation du travail SNCF est un véritable accord compétitivité contre les cheminots, afin de les faire travailler plus pour gagner moins.

 

Les usagers sont également dans le viseur de la réforme, la libéralisation du chemin de fer sera en effet synonyme de suppressions de lignes, d'augmentations des prix et de baisse de la sécurité des circulations : c'est la mise à mort du service public SNCF.


Le NPA apporte son soutien plein et entier à la grève reconductible des cheminots.
Retrait du projet de loi ! Réintégration de RFF dans la SNCF, réglementation du travail SNCF et statut pour tous les travailleurs du rail : monopole public ferroviaire !

 

 

Dans le Puy de Dôme, les cheminots se mobilisent aussi, pour le 2 iéme jour de grève , une MANIFESTATION AURA LIEU

 

JEUDI 12 JUIN 2014

11h30 DEVANT LA GARE

CLERMONT-FERRAND

 

Le NPA apporte tout son soutien aux cheminots en grève

Le NPA appelle l'ensemble des citoyens à se joindre à cette manifestation

Le NPA demande le retrait du projet de loi

Le NPA demande la réintégration de RFF dans la SNCF

Le NPA demande le statut pour tous les travailleurs du rail

 

Le NPA exige un monopole public ferroviaire

 

Voir le tract intersyndical SUD-CGT

 

SOUTIEN TOTAL A LA GRÈVE DES CHEMINOTS

Tract du NPA à destination des usagers

SOUTIEN TOTAL A LA GRÈVE DES CHEMINOTS

Bulletin à destination des cheminots

SOUTIEN TOTAL A LA GRÈVE DES CHEMINOTS

4 pages SNCF distribués lors de la mobilisation du 22 mai

SOUTIEN TOTAL A LA GRÈVE DES CHEMINOTS
SOUTIEN TOTAL A LA GRÈVE DES CHEMINOTS
SOUTIEN TOTAL A LA GRÈVE DES CHEMINOTS
SOUTIEN TOTAL A LA GRÈVE DES CHEMINOTS
Partager cet article
Repost0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 17:15

LES CHEMINOT(E)S SERONT EN GREVE

RECONDUCTIBLE A PARTIR DU 10 JUIN 2014

 

Ils diront au gouvernement Hollande-Valls et à la direction de la SNCF qu’ils ne veulent pas - dans le cadre d’une « réforme » ferroviaire - de l’éclatement de l’entreprise et de la fin du service public. Cette réforme, qui s’inscrit dans le processus à l’échelle européenne de libéralisation du rail, prépare l’arrivée d’opérateurs privés sur les activités du ferroviaire susceptibles de dégager des bénéfices (TER, TGV...)... en laissant à la charge de l’état l’entretien et la gestion du réseau jugés trop couteux.

 

Le gouvernement mène en parallèle une attaque en règle contre la réglementation du travail des 150 000 cheminots du public en l’harmonisant par le bas sur celle des 3 000 cheminots du privé.

 

LES USAGERS DOIVENT ÊTRE SOLIDAIRE

DE LA MOBILISATION DES CHEMINOTS !

 

L’ouverture à la concurrence est présentée comme un plus en faisant miroiter une baisse des tarifs. Les augmentations à répétition des prix du gaz, de l’électricité... sont là pour démontrer que les privatisations, comme celle d’EDF-GDF par exemple, n’aboutissent sûrement pas à une diminution des prix !

 

Alors que le prix moyen du billet SNCF a déjà augmenté de 14% ces cinq dernières années, la hausse va se poursuivre. Avec la « réforme », le prix des péages pour faire circuler les trains va augmenter de 30%. Ces augmentations ne se traduiront pas par une amélioration du service et plus de sécurité. Elles serviront uniquement à financer les intérêts de la dette ferroviaire.

 

Par ailleurs, la privatisation du rail fait courir de graves dangers sur la sécurité des transports. L’exemple anglais est là pour nous le rappeler. Suite à la privatisation en 1996, pour augmenter les profits qu’exigent les actionnaires, les entreprises ferroviaires privées, en même temps qu’ils augmentèrent les tarifs, ont diminué les investissements et supprimés deux tiers des emplois cheminots. Les coûts de maintenance furent réduits en deçà du minimum nécessaire à la sécurité des circulations. Les conséquences : une augmentation très importante des accidents (souvent mortels), des retards systématiques, un service quotidien largement dégradé !

 

En France, les retards à répétition, l’attente aux guichets, les trains surchargés, les retards d’investissements et d’entretien sont de la responsabilité de l’Etat et de la direction de la SNCF. C’est donc vers eux que les usagers doivent manifester leur légitime mécontentement. Plus que jamais, les transports gratuits sont la réponse concrète à un besoin social et une exigence écologique. Cela n’est possible que dans le cadre d’un service 100% public.

 

Le démantèlement de la SNCF et la privatisation du rail, c'est :

 

- Des tarifs encore plus élevés

 

- Un service largement dégradé et une baisse de la sécurité pour les passagers

 

UNIR LES LUTTES SOCIALES

 

Usagers – cheminots, nous sommes victimes de la politique du « toujours plus d’austérité » du gouvernement, de la baisse du coût du travail, du chantage à la compétitivité, du travailler plus pour gagner moins. Cette politique ouvre la porte au pire, à l’extrême droite qui prétend être une solution nouvelle alors qu’au pouvoir, elle mènerait une politique encore plus brutale et plus injuste contre les travailleurs et encore plus favorable aux riches et au patronat.

 

Pour nous (jeunes, salariéEs, chômeurs, précaires, retraitéEs) qui subissons les conséquences de la politique Hollande, la leçon est claire. Il n’y a pas d’autre réponse que de se mobiliser, comme le font aujourd’hui les cheminots, pour mettre en échec cette politique.

 

Il y a un autre choix : en finir avec l’austérité et imposer une autre répartition des richesses, le partage du travail, l’augmentation des salaires et le développement des services publics.

 

Ce choix il faudra l’arracher par les luttes. Il est grand temps de construire une mobilisation globale : pour une fiscalité anticapitaliste, contre l’écotaxe et la hausse de la TVA, pour l’interdiction des licenciements, l’arrêt des politiques d’austérité, les transports gratuits.

 

Le rouge doit revenir à la mode. Une marée rouge contre le gouvernement et sa politique au service du grand patronat, voilà ce qu’il nous faut préparer toutes et tous ensemble ! 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 15:35

Article écrit par Robert Pelletier dans le journal hebdomadaire:

l'anticapitaliste du 3 juin 2014

 

 

 

COLLECTIF DU 12 AVRIL : EN ROUTE VERS LE 21 JUIN
COLLECTIF DU 12 AVRIL : EN ROUTE VERS LE 21 JUINCOLLECTIF DU 12 AVRIL : EN ROUTE VERS LE 21 JUIN

Le collectif à l’initiative de la marche du 12 avril s’est réuni le mardi 27 mai. Pas évident, deux jours après les élections européennes… Et pourtant la participation des organisations politiques (Front de gauche dans toute sa diversité, NPA, AL) et syndicales (Solidaires, structures FSU et CGT) reste solide, et les associations reviennent mettre en avant leurs spécificités et leurs exigences. À l’ordre du jour, la journée de débats du 21 juin.

 

L’actualité politique s’est évidemment invitée... Les débats font apparaître des nuances sur l’appréciation des motivations du vote FN et de l’abstention. Les poids respectifs de la question de l’immigration, des rejets de l’« Europe », de la politique gouvernementale et de la « politique politicienne » font débat.

 

Mais tout le monde s’accorde pour dire que les séquences électorales (municipales, européennes) montrent la gravité, la profondeur de la crise sociale, de la montée des inégalités, de l’urgence sociale.

 

Dans le même temps, les réponses proposées par les organisations politiques qui s’affichent comme critiques par rapport au gouvernement sont apparues peu audibles, face à une politique répondant pleinement aux exigences du patronat.

 

Mais l’essentiel d’un constat partagé porte sur la faiblesse des mobilisations sociales tant au niveau national qu’à celui des nécessaires convergences internationales à construire.

 

DES RIPOSTES A CONSTRUIRE

 

Il y a aussi des nuances sur les réponses que peut aider à construire et proposer le Collectif 12 avril : la principale difficulté est de répondre à toutes les urgences sociales (salaires, logement, santé, éducation, droits des immigréEs…) et en même temps de « concentrer » nos propositions sous forme de quelques « mesures d’urgences ».

 

L’autre difficulté réside dans le respect des prérogatives de chaque organisation avec les spécificités de ses préoccupations, de ses modalités de fonctionnement, de la démocratie en son sein. Les hésitations de certaines d’entre elles à intervenir sur le champ politique, comme lors des manifestations contre l’extrême droite ou contre la conférence sociale, illustrent cette difficulté.

 

C’est dans cette même logique que la poursuite de la construction du Collectif 12 avril doit prendre en compte les réticences devant tout ce qui peut apparaître comme « préformaté », imposé d’en haut, de « Paris »... Transparence et démocratie le disputent à l’urgence et à l’efficacité.

 

21 JUIN, UNE JOURNEE POUR PREPARER LES MOBILISATIONS

 

Dans le sillage de la marche du 12 avril, une journée se tiendra à la Bourse du travail de Paris, de 10 à 17 heures avec des débats et la préparation d’autres initiatives, d’autres mobilisations.

 

La prochaine réunion du Collectif a lieu mardi 10 juin pour préciser l’ordre du jour de cette initiative, avec notamment les thèmes des différents ateliers, les propositions de fonctionnement et les initiatives qui pourront être proposées.

 

Les discussions du Collectif vont donc se poursuivre dans le cadre de la préparation de cette journée, durant celle-ci bien entendu et par la suite, toujours avec le souci permanent de l’élargissement vers le mouvement associatif, le secteur du droit au travail, les organisations du mouvement des femmes, les jeunes et en direction des régions.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 21:45

Un appel à la grève nationale des salarié(e)s des centres d'appel à l'initiative de l'intersyndicale CGT,SUD,FO,CFDT,CFTC a été lancé pour le mardi 27 mai de 14h00 à 15h00.

Leurs principales revendications comme l'indique l'affiche ci-dessous sont l'augmentation des salaires, allongement des temps de pause et la temporisation entre les appels.

 

Dans le Puy de Dôme un rassemblement des salarié(e)s des centres d'appel à l'initiative de l'intersyndicale aura lieu devant Acticall MARDI 27 MAI 2014 à 13h30 Zone industrielle du bois jolie à Cournon(derrière le zénith)

 

Voir l'appel intersyndical ci-dessous

GREVE NATIONALE DES SALARIE(E)S DES CENTRES D'APPEL

Historique du groupe Acticall

 

Acticall est une plateforme téléphonique, prestataire pour Bouygues Telecom et EDF. L’actionnaire à 45% de cette « franchise » est Creadev depuis 2009, holding détenue par la famille MULLIEZ, troisième fortune de France et déjà propriétaire de Auchan, Décathlon, Norauto, St Maclou etc.

 

Acticall se décline en 13 sites sur le territoire métropolitain et d’autres, délocalisés en Côte d’Ivoire, Maroc et Brésil.

 

L'ouverture de l'antenne de Cournon d'Auvergne a eu lieu en 2011, avec l'apport de subventions publiques du conseil régional à hauteur de 600 000 euros sous prétexte d'aide à la création de 400 emplois sur le site

 

Ces subventions publiques n'ont servi qu'à enrichir les actionnaires et non à améliorer les conditions de travail des salariés qui se dégrade de jours en jours. Et sans parler des salaires qui sont nettement insuffisant(plafonnés au SMIC), pour des tâches qui requièrent des compétences informatiques, commerciales, juridiques et même linguistiques.

 

 

Le NPA soutien cette lutte

Pour le NPA, aucune subvention publique ne doit être accordé aux grands groupes capitalistes tels qu'Acticall.

Pour le NPA, il est plus de temps de revaloriser l'ensemble des salaires de 300 Euros et aucun salaire ne doit être inférieur à 1700 euros net.

Pour le NPA, il faut dire STOP à l'esclavage moderne que subissent les salariés des centre d'appel.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 19:05

L’affaire des nouveaux TER qui ne peuvent desservir certaines gares pour cause de quais inadaptés et qui fait la Une des médias depuis quelques heures, légitime l’'exigence d’un service public SNCF efficace.

 

Cette histoire pourrait faire rire si elle n’était la conséquence de la séparation entre la SNCF et RFF de 1997. Créer une entité nouvelle (RFF) pour cacher une partie de la dette, loin d'être une solution pour améliorer le fonctionnement du système a, au contraire, accentué les dysfonctionnements qui se sont multipliés ces dernières années avec des conséquences plus ou moins graves pour les usagers du rail, la population et les cheminots. Tout le monde a en mémoire l'accident de BRETIGNY.

 

Le non apurement de la dette lors de la réforme de 1997 a conduit les deux entreprises, la SNCF et RFF, sur la pente dangereuse de la réduction des coûts. Généralisant ainsi le recours à la sous traitance pour assurer notamment les travaux de maintenance et la régénération du réseau alors que la SNCF et son personnel ont toutes les compétences pour les assumer.

 

Une nouvelle réforme du système ferroviaire est nécessaire. Mais une réforme qui permette une réelle réunification de la SNCF et de RFF au sein d’une même entreprise.

Dans le même temps le Gouvernement actuel prépare une réforme, concoctée par le Président de la SNCF PEPY qui reste en place malgré les changements de majorité, pour toujours plus amener la SNCF vers plus "d'ouverture à la concurrence », réforme qui consisterait à éclater le système ferroviaire en trois entreprises distinctes et autonomes, sans aucune cohérence économique, sociale et technique, ce qui va encore accentuer de telles aberrations qui vont coûter des dizaines de millions d’euros alors que la direction de la SNCF supprime des milliers d’emplois, sous prétexte d’économies nécessaires !

 

Tous les ministres concernés « montent au créneau », exigent une enquête et des responsables qui seront coupables. Gageons qu' ’il y aura quelques fusibles à faire sauter mais les seuls responsables sont au pouvoir car ce sont eux qui maintiennent une politique de « rentabilité » de casse du réseau qui détruit le service public.

 

Voilà la gabegie due à la concurrence « libre et non faussée », au fait que ce sont les financiers qui définissent les choix politiques et stratégiques.

 

C'’est aussi pour arrêter cette gabegie que les cheminots et les cheminotes manifesteront unitairement le jeudi 22 mai à Paris.

 

Le NPA appelle à participer à la mobilisation du JEUDI 22 MAI à 14 h00 place de la Bastille à Paris à l'appel de la CGT,UNSA, de SUD Rail

voir tract NPA

 

voir le 4 pages unitaire intersyndical

LE SCANDALE DE LA SNCF : LE GOUVERNEMENT  EST RESPONSABLE !
LE SCANDALE DE LA SNCF : LE GOUVERNEMENT  EST RESPONSABLE !
LE SCANDALE DE LA SNCF : LE GOUVERNEMENT  EST RESPONSABLE !
LE SCANDALE DE LA SNCF : LE GOUVERNEMENT  EST RESPONSABLE !
Partager cet article
Repost0
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 13:06

 

 

Stop à la criminalisation du mouvement social !

Arrêt des poursuites !

 

 

Mercredi 21 mai, quatre syndicalistes et grévistes ont été placé en garde à vue. La répression qui s'abat sur eux est basée sur un tissu de mensonge de la part de la direction de la Poste et ne vise qu'à briser leur mobilisation qui dure depuis plus de 100 jours maintenant !

 

Une grève contre la précarité et

contre les suppressions d’emplois

 

La grève est partie de Rueil pour exiger la titularisation en CDI d'une salariée précaire, mise à la porte à la fin de son contrat. La Poste est championne de cette pratique qui consiste à embaucher des « emplois d’avenir », « contrats uniques d’insertion » et autres emplois aidés pour toucher des subventions... puis à mettre sur le carreau ces salarié-e-s pour en embaucher d’autres et ramasser de nouvelles aides publiques. Sur les 627 millions de bénéfices de

 

La Poste, 293 proviennent du Crédit impôt compétitivité emploi généreusement accordé par l’Etat.

La grève remet en cause le droit des patrons à prendre et à jeter les travailleurs et les travailleuses à leur guise. Un enjeu qui dépasse largement le niveau local alors que la plupart des bureaux connaissent aujourd’hui des « réorganisations » tous les deux ans.

 

Tous ensemble !

 

La grève regroupe depuis début février des facteurs de plusieurs centres. En février et mars, elle a également impliqué des postiers d’autres métiers (guichetiers de Rueil, Plate-forme colis de Gennevilliers). Ces dernières semaines, les grévistes se sont adressés à leurs collègues facteurs de Paris, où ils ont été favorablement accueillis, en particulier dans les bureaux visés également par des restructurations. Ils mènent également des actions communes avec les intermittents du spectacle et précaires, qui sont attaqués par le MEDEF et le gouvernement. Oui, il est possible de regrouper les secteurs qui se battent contre l'austérité et contre le gouvernement !

 

Non à la répression !

 

Après avoir refusé la discussion avec les grévistes pendant deux mois, la Poste mise maintenant sur la répression pour défaire le mouvement.

Sept militants du 92 sont menacés de licenciement, ainsi que quatre militants de Paris qui se sont solidarisés de la grève. Ce qui est nouveau et qui indique une implication directe de l’Etat dans la tentative d’écraser les grévistes, c’est le placement en garde à vue de quatre des cinq postiers grévistes des Hauts-de-Seine convoqués le mercredi 21 mai à la brigade de la Sûreté territoriale de Paris et ce malgré un rassemblement de soutien de plusieurs centaines de personnes. Une fois plus, le gouvernement Hollande-Valls montre son engagement aux côtés du patronat et de la répression. Un pas supplémentaire est encore franchit dans la criminalisation des mouvements sociaux.

 

Face à une lutte qui remet en cause la précarité et les suppressions d’emplois, la Poste et l’État s’apprêtent à frapper un grand coup. Ne les laissons pas faire ! Cette lutte, c’est celle de tous les salariés de la Poste et au-delà ! Mobilisons-nous pour demander l'arrêt immédiat de toutes les poursuites contre les syndicalistes et organisons la solidarité avec les grévistes des Hauts-de-Seine pour la victoire de la grève !

 

Pour aider les grévistes :

 

Une pétition a été mise en ligne (http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/sud-poste-92-apr%C3%A8s-trois-mois-de-gr%C3%A8ve-soutenons-les-postiers-du-92).

 

Soutien financier : envoyez vos chèques à l’ordre de SUD Poste 92, 51 rue Jean Bonal, 92250 La Garenne-Colombes (avec la mention « solidarité grévistes » au dos du chèque).

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 23:37

Les actionnaires de MICHELIN se donne rendez-vous

à Clermont-Ferrand

LE VENDREDI 16 MAI

Accueillons les comme il se doit

à l'appel de la CGT Michelin

RASSEMBLEMENT à 10h30 à Polydôme(place du 1er mai)

 

Voir l'appel de la CGT Michelin

"ILS" NE SERVENT A RIEN,"ILS" NOUS COÛTENT CHERS... LICENCIONS LES ACTIONNAIRES !
"ILS" NE SERVENT A RIEN,"ILS" NOUS COÛTENT CHERS... LICENCIONS LES ACTIONNAIRES !

Le NPA appelle à participer à ce rassemblement

Pour le NPA , les profits doivent servir à augmenter les salaires et non à enrichir les actionnaires

Partager cet article
Repost0
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 08:59

Sept fédérations syndicales appellent à une journée de grève et de manifestation le 15 mai prochain. Après l’annonce du plan d’économies de 50 milliards, plus que jamais les fonctionnaires refusent d’être sacrifiés sur l’autel de l’austérité.

15 MAI, LA FONCTION PUBLIQUE EN GREVE

Pour la deuxième fois depuis l’arrivée de Hollande, les fonctionnaires sont appelés à la grève le 15 mai prochain autour de deux revendications centrales : les salaires et l’emploi. En effet, comme sous le précédent quinquennat, ils restent l’une des principales « cibles ».

 

 

SUR CLERMONT FERRAND

MANIFESTATION

à l'appel de CGT, FSU ,SOLIDAIRE,UNSA

JEUDI 15 MAI 2014

Départ 10h00 Place Delille

 

voir tract d'appel local

 

15 MAI, LA FONCTION PUBLIQUE EN GREVE
Partager cet article
Repost0
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 17:17

 

 

Valls a donc obtenu une deuxième fois sa majorité à l’Assemblée nationale sur le programme de stabilité 2015-2017, qui inclut le pacte de responsabilité, les 30 milliards de cadeaux au patronat et les 50 milliards d’économies contre les travailleurs et la population. Un vote qui fera date, dit-il, certainement, un vote qui est une déclaration de guerre aux travailleurs, à toute la population.

 

LA FEUILLE DE ROUTE DU PATRONAT

 

Ce programme de stabilité répond entièrement aux vœux du patronat. Au nom de la compétitivité et de la lutte contre les déficits, il opère un énorme transfert de richesses en faveur des classes possédantes.

 

La protection sociale sera la plus affectée avec 10 milliards en moins sur l’assurance-maladie et 11 milliards sur d’autres points comme les retraites.

18 milliards de réduction des dépenses de l’Etat et 11 milliards sur celles des collectivités locales. Les salaires des fonctionnaires, pris comme cible par la gauche comme par la droite, seront gelés.

 

Alors que la crise et le chômage continuent de faire leurs ravages, le gouvernement attaque directement celles et ceux qui souffrent le plus de la politique imposée par le Medef. Le geste de Valls à l’égard des retraitéEs qui perçoivent jusqu’à 1200 euros par mois soit 6,5 millions de personnes est dérisoire. Leurs pensions seront revalorisées contrairement à celles de l’ensemble des retraitéEs. Cela représente 300 millions d’économies en moins. Une goutte d’eau destinée à donner le change. Elle donne surtout une idée du mépris de Valls et de ses amis pour les classes populaires.


 

« UN MOMENT DE VERITE »

Ce vote était pour Valls « un moment de vérité ». Il n’a pas tout à fait tort. Ce vote est pour l’ensemble des salariéEs, de la population un moment de vérité qui démontre sans le moindre doute que ce gouvernement est un adversaire qui nous considère comme des adversaires.


 

Il a la même politique que les patrons, il cherche à nous berner pour faire passer ses mauvais coups. La ficelle est tellement grosse qu’une partie de sa propre majorité a voté contre comme une majorité des députés d’EELV, et que 41 députés du PS se sont abstenus.

Il n’y a plus de doute possible, il n’y a pas à dialoguer avec ce gouvernement. Le seul langage qu’il peut entendre, comme les patrons, est celui du rapport de force.

PRENDRE NOS AFFAIRES EN MAIN !

Après celles du 12 avril, les manifestations du 1er mai sont une nouvelle occasion de manifester notre mécontentement.


 

Voir les différents rassemblements prévus dans le Puy De Dôme à l'appel de l'intersyndical CGT,FSU,FO,SOLIDAIRES,UNEF


 

CLERMONT-FERRAND

RASSEMBLEMENT 10H Place Delille


 

ISSOIRE

RASSEMBLEMENT 10H30 Parvis de Pomel


 

ST ELOY LES MINES

RASSEMBLEMENT 10 h 15 Entrée sud


 

RIOM

RASSEMBLEMENT 10H30 devant la Poste


 

THIERS

RASSEMBLEMENT 10H30 Place de la Mairie de Thiers


 

Voir l'appel intersyndical


 


 

 

 

 

CONTRE L'AUSTERITE ET CE GOUVERNEMENT PS-MEDEF, CE N'EST QUE LE DEBUT, LE COMBAT CONTINUE

Elles appellent une suite pour préparer l’affrontement avec le gouvernement et le patronat afin d’imposer le retrait du Pacte de responsabilité.


 

Ensemble nous pouvons aller de l’avant en discutant de nos exigences comme des formes de nos actions sans craindre de faire de la politique.

 

Après le 12 avril, après le Premier mai, on continue !

 

Lors du rassemblement de Clermont, voici le tract qui sera distribué

 

 


 

 

CONTRE L'AUSTERITE ET CE GOUVERNEMENT PS-MEDEF, CE N'EST QUE LE DEBUT, LE COMBAT CONTINUE

et vous pourrez aussi vous procurer notre brochure « NON au pacte de responsabilité, la SECU est à NOUS » auprès des militants au prix de 2 Euros.

 

 

CONTRE L'AUSTERITE ET CE GOUVERNEMENT PS-MEDEF, CE N'EST QUE LE DEBUT, LE COMBAT CONTINUE
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog du npa-63
  • : Campagne du NPA
  • Contact

Recherche